Vous en avez sans doute entendu parler, Véganes Magazine, anciennement Versus, a débarqué en France avec un numéro de printemps-été de 172 pages d'articles plus passionnants les uns que les autres. Dans cette "revue contreculturelle" très engagée, vous trouvez des articles aussi bien philosophiques, politiques, historiques, que des présentations de films, livres, et des recettes de cuisine. Sans oublier le dossier "génération végane" consacré à "la manière dont le véganisme se conjugue avec les problématiques familiales".

 

véganes

 

C'est avec grand plaisir que j'ai contribué à ce numéro en rédigeant un article sur les lectures véganes pour enfants. Vous y retrouverez donc la présentation de 10 livres (certains sont déjà sur le blog dans la catégorie '"Livres"), ainsi qu'une liste des avantages des lectures véganes pour les enfants, que je partage ci-dessous, avec les titres des livres conseillés.

 

véganes1

 

Pourquoi lire des livres abordant le sujet du végétarisme/véganisme est-il important pour des enfants véganes ? En quoi cela peut-il les aider à mieux vivre ce choix ? Selon les types de livres et la manière dont le sujet est abordé, on peut distinguer cinq apports positifs des lectures véganes :

 

Comprendre les animaux et développer son empathie

Si l’on est végane pour les animaux, et que l’on souhaite transmettre nos valeurs à nos enfants, il est essentiel que ceux-ci puissent connaître et comprendre les animaux. Ce qui pour la majorité des parents reste le moyen privilégié de faire découvrir les animaux aux enfants, à savoir le zoo, n’est pas une option pour nous. C’est pourquoi les livres, en plus des sorties dans la nature et des précieux documentaires vidéo, sont un bon moyen d’apprendre à connaître et surtout à comprendre les différents animaux, condition nécessaire au développement d’une empathie réelle et à la volonté de ne pas leur nuire. Evidemment, les livres qui présentent les animaux hors de tout jugement moral, qui les montrent comme des animaux intelligents et sensibles, et qui invitent le petit lecteur à adopter le point de vue de l’animal ou à réfléchir à sa ressemblance avec lui-même, sont ceux qui permettront le plus de développer cette empathie, que ce soit au travers d’une fiction ou non.

Lectures : Ohé, petite fourmi !, Ne nous mangez pas !, Pitaya magazine, Les animaux de Lou (avec double page d’infos à la fin), Petit Paul et l’oisillon, La promesse de Mirto.

 

S’identifier et se sentir moins seul

Elever ses enfants véganes, c’est leur donner une magnifique opportunité de grandir dans le respect de la vie et de la planète. C’est leur offrir la chance de pouvoir faire évoluer vers plus de paix le monde dans lequel ils vivent. Pour autant, ce mode de vie n’est pas toujours évident pour les enfants, qui peuvent encore souffrir des préjugés des autres et de leur différence. Si l’on n’a pas la chance de connaître d’autres familles véganes, de participer à des rencontres et d’être soutenu dans ses choix, alors les livres véganes peuvent s’avérer un précieux soutien pour les enfants. Les histoires dans lesquelles le petit héros est végétarien et doit affronter avec courage et détermination les préjugés ou les moqueries des autres - autres qui finissent par reconnaitre leur erreur et par accepter le petit héros dans sa différence - nous paraissent peut-être simplistes à nous adultes mais permettent à l’enfant, qui n’ose pas forcément aborder ces sujets, de s’identifier et de se sentir moins seul. Voir d’autres personnages aux prises avec des problèmes quotidiens ressemblant aux siens peut lui donner le courage et le recul nécessaire pour mieux vivre sa différence.

Lectures : J'aime pas les côtelettes, T-Végi, le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, La promesse de Mirto, Pitaya magazine.

 

Renforcer son estime de soi et se sentir utile

Grandir végane, ce n’est pas seulement essayer de faire accepter sa différence comme on le ferait d’un défaut. Un enfant, pour pouvoir continuer à surmonter les inévitables moments difficiles liés au véganisme et tirer de la fierté de ce choix, a aussi besoin de se sentir valorisé, de voir que son mode de vie est utile, valable, bref de se sentir comme un « petit héros » pour les animaux. Voir sa différence valorisée dans une histoire et s’identifier à un enfant qui vient en aide aux animaux lui permet de renforcer sa confiance en lui et sa motivation à respecter les autres êtres vivants.

Lectures : Pitaya magazine, Ne nous mangez pas !, T-Végi, le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, Goûters sains pour petits héros, J’aime pas les côtelettes, Les animaux de Lou, Un loup dans le potager, La promesse de Mirto.

 

Agir et s’amuser

Parce que nos petits véganes ont aussi besoin de s’amuser, d’agir et de bricoler (et de préférence pas avec des boîtes à œufs !), des livres et magazines en accord avec leurs valeurs sont le meilleur moyen pour eux de renforcer leur créativité : recettes, bricolages, idées pour aider les animaux en hiver ou actions à mener auprès de leurs proches ou dans leur école, tout cela peut être trouvé dans les lectures véganes que je vous présente.

Lectures : Pitaya magazine, Goûters sains pour petits héros, Ne nous mangez pas ! (suggestions d’actions en fin d’ouvrage).

 

Diffuser ses valeurs et faire réfléchir ses proches

Les livres mettant en valeur le véganisme et d’autres choix alternatifs qui lui sont liés ne sont pas réservés aux personnes déjà convaincues. Rien de plus facile, pour faire comprendre nos valeurs à un proche non végane, que de lui prêter un livre. Cela évite la crispation qui naît souvent du débat. Un livre pour enfants, surtout sous forme de fiction, est un bon moyen de faire réfléchir, d’ouvrir les esprits et, pourquoi pas, de discuter de ce sujet, que ce soit en famille, avec un(e) ami(e) ou à l’école. Lorsque j’avais annoncé à la crèche de mes enfants, en Allemagne, que nosu étions véganes, l’éducatrice m’avait ainsi demandé si je pouvais présenter le sujet à tout le groupe au moyen d’un livre (je n’ai pas pu le faire parce que mon fils a changé d’éducatrice mais j’avais pensé à Ne nous mangez pas ! qui est traduit en allemand aussi).

Lectures : Pitaya magazine, Ne nous mangez pas !, Ohé, petite fourmi !, Un loup dans le potager, J’aime pas les côtelettes, T-Végi, le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, La promesse de Mirto.