Enfants et bébés végétariens, végétaliens et vegans

14 avril 2014

Energy balls amandes coco canneberges + idées goûter

Aujourd'hui je partage avec vous une recette qui enchantera les petits becs sucrés. A base de fruits secs et noix mixés, avec une touche de fruits rouges, ces "energy balls" totalement saines et nourrissantes sont le résultat d'une improvisation qui m'a tant plu que c'est devenu un grignotage classique chez nous, au goûter comme au dessert pour finir le repas sur une note sucrée. Une recette adoptée par toute la famille, même le petit d'un an.

 

energy balls amandes cajou raisins dattes coco cranberries

 

Pour une douzaine de boules:

40g d'amandes

40g de noix de cajou

35g de dattes dénoyautées

30g de raisins secs

20g de canneberges - ou cranberries - séchées (les miennes sont sucrées au jus de pomme)

15g de noix de coco râpée

20g de sirop d'agave

+ Noix de coco râpée pour rouler les boules dedans

 

Préparation:

Mettre tous les ingrédients dans le blender, et mixez. La pâte est dure, il faut faire des pauses et la pousser vers le fond avec le bâton mélangeur. Le résultat n'est pas forcément lisse mais les morceaux de fruits moelleux et de noix croquant sous la dent sont tout à fait délicieux. Faire des boules et les rouler dans la noix de coco. A conserver de préférence au frigo.

Attention: pour réaliser ces energy balls, il est nécessaire d'avoir un blender puissant. Cela marche très bien avec mon Omniblend 2 litres.

 

* * *

Et comme on m'a déjà demandé ce que je donnais à mes enfants au goûter, j'en profite pour partager des idées de goûter équilibré.

Quand on a l'habitude d'ouvrir un paquet de biscuits, il n'est pas évident au début de trouver des idées de goûter vegans, à part du pain et des fruits. Bien sûr, il existe des biscuits vegans (j'en achète de préférence des peu sucrés), mais j'essaie aussi de proposer des goûters frais, en partie faits maison et variés. En Allemagne, les parents n'ont pas du tout le réflexe "biscuits sucrés" et beaucoup donnent des fruits voire des légumes crus (poivron, concombre, carotte) à grignoter, ainsi que des biscuits salés, galettes de céréales ou petits pains complets ou aux céréales. Pour ma part je propose même parfois tartine de pâté végétal ou galette de pois chiches au goûter, ça a plus de succès qu'au repas!

Retrouvez toutes mes idées de goûters, de la tartine de houmous au gâteau au quinoa en passant par le Früchtebrot, en cliquant sur le tag "goûter" dans le nuage de tags de la colonne de droite. Mes "menus de la semaine" comprennent aussi la liste de nos goûters.

Et tout de suite, des exemples de boîte à goûter que j'emmène quand je vais chercher mon grand à la Kita, et dans laquelle pioche le petit frère en plus de son lait (je vous rassure, quand je n'ai pas le temps ou l'envie de composer une boîte, ce qui arrive souvent, c'est juste banane, biscuits ou barre de céréales du commerce):

 

boîte goûter (3)

Energy balls, morceau de Mandelhörnchen (croissant de pâte d'amande, acheté), banane en rondelles, mélange de noix et raisins secs, pomme (et une petite main qui se sert^^)

 

IMG_0736

Figue séchée, chocolat cru Lovechock, bretzels au sésame, biscuits Hipp sucrés au jus de pomme, morceaux de pomme

 

IMG_0783

Morceaux de pomme et chou rave cru, pain de mie complet fourré à la purée de cacahuète, crackers sans gluten, energy balls (dont une aplatie pour que mon bébé arrive mieux à la tenir)

 

IMG_0799

Pain des fleurs (à la châtaigne), noix de cajou, concombre, pommes, et pas sur la photo: morceau de gâteau au chocolat

 

Evidemment, les fruits varient avec les saisons et j'ai hâte de pouvoir glisser pêches ou fraises dans la boîte :)

 

Et vous, quels sont les goûters préférés de vos enfants?

Posté par sophieso à 14:41 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 avril 2014

Lettre à mes enfants

En tant que vegan (et surtout quand on tient un blog qui demande de mettre en valeur les aspects positifs) il n’est pas évident de parler de la tristesse et de l’impuissance qu’on peut ressentir en toile de fond de notre vie alors qu’on est confrontés tous les jours aux signes visibles de l’exploitation animale qu’on évite avec tant de soin, et à la pensée de ces millions d’animaux en train de souffrir et de mourir dans l’indifférence générale. Insolente Veggie, qu’on connaît pour sa verve et son humour cinglant, avait eu le courage d’en parler ici.

Et parce que quand on est végé ET parents, on éprouve en plus la tristesse de devoir révéler à nos enfants la dure réalité et la crainte pour leur avenir dans un monde menacé, j’ai décidé de vous livrer mes pensées sous forme de lettre adressée à mes enfants. Savoir que nos efforts ne suffiront pas à inverser la tendance et se demander si nos enfants pourront encore avoir une vie heureuse dans ce monde sont des sujets qu’on aborde peu. Si j’ose publier cette lettre, c’est qu’au fond j’espère que cela m’aidera à mieux vivre avec ces sentiments, mais aussi que je pense ne pas être la seule à voir les choses ainsi. Puisse cela aider d’autres parents à se sentir moins seuls et à agir pour un monde meilleur !

Note : même si ne pas avoir d’enfants est assurément la meilleure solution au problème de la surpopulation, de la dégradation de la planète et de l’exploitation animale (et au souci qu’on se fait pour l’avenir), je n’aborde pas ici ce sujet, puisque mes enfants sont déjà là (et je reconnais volontiers que mon choix d’avoir eu deux enfants est, au fond, contradictoire avec mes valeurs profondes de décroissance et d’antispécisme/véganisme car rien ne me garantit que mes enfants et leurs descendants garderont ces valeurs. Mais ceci est un autre débat).

 

IMG_9291

 

Mes petits garçons adorés,

 

Vous qui êtes ma raison de vivre, ma raison d’espérer et de me réjouir, vous à qui j’ai donné la vie, vous qui êtes encore dans l’âge innocent de l’enfance, je ne sais pas si vous pourrez encore être heureux dans ce monde qui court à sa perte.

Et ces tristes pensées me pèsent au quotidien. Une angoisse presque toujours présente, bien que discrète, même dans les moments heureux avec vous. Le bonheur de serrer vos petits corps tout doux, de sentir votre odeur d’enfants, d’entendre vos rires adorables, vos jeux, vos cris, l’émerveillement devant le miracle de votre vie partie de rien et vos incroyables progrès au quotidien, tout cela est trop souvent teinté d’un voile de tristesse et d’inquiétude.

 

Vous qui êtes deux garçons adorables, présents de tout votre être dans les découvertes et les jeux qui vous absorbent et vous font rire, vous qui êtes encore l’innocence et la bonté même, vous que j’aurais tant voulu faire naître dans un monde parfait, mon cœur de maman pleure d’avoir à vous expliquer, peu à peu, l’horreur et la cruauté des hommes, le pourquoi de notre mode de vie. Pourquoi la poule du magasin a la tête coupée ? Pourquoi on prend le lait du bébé veau ? Pourquoi les gens continuent à le faire alors qu’ils savent et qu’ils ne sont pas méchants ? Cette cruauté non nécessaire est tellement inconcevable pour vous. Vous qui, par nature, aimez ces animaux dont vous percevez la parenté qu’ils ont avec nous. J’aimerais tellement n’avoir rien à vous expliquer, et je ne peux que vous préserver aussi longtemps que possible, car je vous dois la vérité. J’espère que vous n’en souffrirez pas autant que moi. La vue des produits arrachés aux animaux continue à me peiner au quotidien [1]. Au moins, contrairement à moi, vous aurez la conscience pure, vous n’aurez jamais causé de tort aux animaux sans le savoir. Je vous épargne cela et j’espère que vous comprendrez l’amour qu’il y a derrière ce geste. Mon cœur de maman vegane espère que vous saurez garder les valeurs que je vous transmets. Que jamais vous n’aurez envie, par indifférence, par facilité ou par rébellion, de perpétuer l’exploitation des plus faibles et de faire du mal à ces animaux que je vous apprends à respecter. J’y crois, sinon vous ne seriez pas là. Je crois même que vous pourrez, par votre influence sur ceux qui vous entoureront, contribuer à propager le respect de tous les êtres vivants.

 

IMG_5633

 

Mais c’est surtout lorsque je pense à votre avenir que l’angoisse m’envahit. Non pas les études que vous ferez, le souci de savoir si vous trouverez un travail ou si vous serez entourés de personnes qui vous aiment. Ce sont les conditions mêmes de votre vie ou de votre survie qui ne sont plus assurées. Dans tout ce que je fais avec vous, une promenade dans la nature, un bain, une recette délicieuse, des vacances à la mer, je me dis que vous n’aurez peut-être même plus la possibilité de connaître ces bonheurs tout simples dans quelques décennies. Car notre planète ne tiendra plus longtemps ainsi.

Vous qui ne vous doutez encore de rien, on vous lègue un monde malade, à l’agonie. Alors qu’on croyait le progrès humain et les améliorations infinis, les choses ont basculé. Mes amours, vous êtes la première génération moderne dont on se demande si elle disposera encore de l’essentiel pour vivre bien [2]. De l’eau, de la nourriture. Un toit. Des médicaments. De l’air respirable. La santé malgré les pollutions croissantes. Des zones non irradiées par les inévitables catastrophes nucléaires qui se produiront l’une après l’autre (c’est l’une des choses que je redoute le plus). D’éminents scientifiques ne cessent de le clamer, le réchauffement climatique s’accélère, la fonte des glaces dépasse les pires prévisions, des situations catastrophiques pour l’humanité sont annoncées (montée des eaux, diminution des récoltes, canicules, empoisonnement des ressources, maladies, violences…). Et même, l’humanité pourrait s’éteindre dans moins de 100 ans : mesure-t-on vraiment l’horreur d’une telle éventualité pour ceux qui auront à la vivre ? Suis-je la seule à frémir d’angoisse à cette pensée ? Comment peut-on, en tant que parent, lire simplement cela comme un article parmi d’autres et continuer à vivre et à consommer comme avant ? Comment peut-on continuer à profiter jusqu’au bout, vous laissant la lourde tâche de vous débrouiller avec les dégâts irréparables que nous aurons causés ? Même si je sais que j’en fais beaucoup plus que la plupart des gens pour épargner les animaux, la planète et votre avenir, je ne peux me défaire d’un sentiment d’impuissance, de tristesse et de culpabilité. Je ne peux fermer les yeux et me concentrer sur mon bonheur présent. J’ai sans doute une conscience trop aigüe du caractère profondément tragique de notre époque. Vous savoir lancés dans ce monde menacé d’anéantissement me rend folle. Comment me convaincre que je ne vous ai pas mis au monde par égoïsme, et que la vie que je vous donne n’est pas un cadeau empoisonné d’avance ? Bien sûr, si vous êtes là c’est parce que je suis humaine, que j’ai de l’espoir, que par moments j’arrive à oublier ces craintes, comme tout le monde je veux encore croire qu’un sursaut est possible, que vous serez la conscience neuve de demain. Mais je doute que cela suffise.

 

Burkina faso 173

 

Souvent, je me demande : quand vous serez en âge de le comprendre, que penserez-vous de nous, nous les générations qui avons pillé la planète sans limites au profit d’une petite partie de privilégiés, laissé mourir de faim des millions d’humains dans l’indifférence, et systématisé l’exploitation des plus faibles, la torture et le meurtre de milliards d’animaux traités comme des objets pour notre simple plaisir ou confort ? Et qui avons continué à le faire alors même qu’on se savait engagés dans une impasse ? Oui, j’ai honte du monde qu’on vous transmet. J’ai honte de mon espèce. Mais si vous êtes là, c’est parce que je la crois capable de s’améliorer. Mes enfants, quand vous regarderez en arrière vers cette époque empreinte de folie et de démesure, puissiez-vous nous pardonner notre inconscience. Nous avons fait ce qui nous semblait juste. Et même si cela ne représente qu’une goutte d’eau dans  l’océan, il y a de plus en plus de personnes merveilleuses qui embellissent et améliorent le monde par leurs actions positives.

 

DSCN1087

 

Mes petits garçons chéris, si notre mode de vie - vegan et aussi écologique que possible - vous paraît un jour dur ou contraignant (le plus dur étant l’incompréhension voire le mépris auquel on se heurte, en plus de ce sentiment de décalage fondamental par rapport aux préoccupations des autres), sachez que je ne pouvais pas en choisir un autre. Pour vous. Vous donner à manger des produits animaux, alors que vous n’en avez pas besoin pour être en bonne santé, signifierait augmenter la souffrance d’êtres sensibles et la destruction de votre planète déjà si mal en point. Et vous faire contribuer malgré vous à rendre la Terre un peu plus invivable serait tellement contraire à mes souhaits les plus chers de maman. De même, je refuse autant que possible de continuer à gaspiller, à consommer de l’inutile, à abîmer votre futur, alors je limite autant que je le peux les jouets (plastique, piles), les vêtements neufs, le jetable, tout ce qui est superflu (notre famille et nos amis respectent notre volonté de limiter au strict minimum les cadeaux [3] et on privilégie le réutilisable, le recyclé, l’occasion, l’échange, le prêt). Votre chambre n’est pas autant envahie par les jouets que celles de vos copains qui le remarquent parfois. J’espère que vous ne vivrez pas cela comme une privation mais comme ma façon de vous protéger et de vous montrer le chemin à prendre. Je pense vous offrir l’essentiel : mon temps (puisque j’ai arrêté de travailler pour rester auprès de vous), des jeux ensemble, de bons petits plats et gourmandises maison qui sont une preuve d’amour au quotidien... Sachant que vous, mes enfants, vos descendants et tous les êtres vivant sur cette planète, êtes menacés dans votre possibilité même de survie, tendre au maximum vers le véganisme et la décroissance (en acceptant ses inévitables limites et contradictions) n’est plus une question de choix ou de point de vue personnel mais une urgence, le geste le plus indispensable et le plus nécessaire, le signe de notre responsabilité envers vous. Si chacun en prend conscience et agit, peut-être ne sera-t-il pas trop tard pour vous. Quant à vous, mes garçons, si le choix s’offre encore à vous, vous serez libres de décider avec votre conscience de la voie à emprunter.

 

Mes anges adorés, il est certain que si vous n’étiez pas là, je m’inquiéterais moins pour l’avenir, mais je ne peux imaginer ma vie et le monde sans vous. Vous êtes la beauté qui me fait garder foi en l’humanité. Si vous n’existiez pas, peut-être ne verrais-je même plus de raison d’espérer et d’agir.

 

 DSCN1157IMG_0752

 

Puisque je ne pourrai jamais savoir si j’ai bien fait de vous donner la vie (n’est-ce pas de toute façon le sort de tout parent ?), je suis encore plus déterminée à faire de chaque moment de votre enfance un moment de joie insouciante. Puisque nous sommes embarqués tous ensemble dans cette vie, il ne me reste qu’à accepter notre sort, à refuser la culpabilité (sans tomber dans le déni ou l’indifférence) et à faire de mon mieux (même si je me dis que je pourrais toujours faire plus...). Afin que vous ayez la meilleure vie possible sur une planète encore agréable à habiter pour tous les êtres vivants, je me bats et je continuerai à me battre dans la mesure de mes forces, car je ne peux rester sans rien faire. Pour vous, j’ai le devoir de rester positive. De vous transmettre le goût de la joie, des choses simples, de la conscience de notre chance de vivre, du respect de tout être vivant, de la nécessaire solidarité, de la frugalité, de l’envie d’agir sans baisser les bras. J’espère de tout cœur que vous saurez trouver ce juste milieu que j’ai tant de mal à tenir, aussi éloigné de l’indifférence égoïste que du sentiment d’impuissance, de colère ou de désespoir face au monde. Sans perdre ma lucidité ni me bercer d’illusions quant à ce qui nous attend, je vais essayer de profiter de la chance que j’ai de vous connaître et d’avoir à vous guider dans la vie, vous qui m’êtes confiés sur cette terre.

 

J’espère que la conscience d’avoir fait de mon mieux me suffira pour être en paix avec la pensée de vous avoir lâchés dans ce monde. J’ose croire que l’amour et la tendresse suffiront à faire de vous des êtres solides et aptes au bonheur. Pour vous, je vais essayer de lutter contre la tristesse qui m’envahit trop souvent et de vivre davantage au présent. Je vous aime infiniment !

 

Votre maman


[1] Comment être simplement heureuse alors que chaque jour, 46 millions d’animaux sont tués rien qu’en France ? Comment vivre avec cette pensée et ces sentiments ?

[2] Pour être impliquée depuis des années dans un projet humanitaire au Burkina Faso, je sais bien que manquer de l’essentiel est déjà le sort d’une grande partie de l’humanité alors qu’on croule sous l’abondance et l’excès, et cela me culpabilise et m’attriste tout autant que le sort des générations futures.

[3] Ainsi, j’ai particulièrement apprécié le cadeau de naissance d’une amie qui, sachant que nous n’avions besoin de rien pour notre deuxième garçon, nous a envoyé un colis rempli de produits bio à déguster !


* * *

 

Pour aller plus loin :

Que ce dur constat ne soit pas lu comme une incitation au désespoir et à l’inaction, mais au contraire, comme un rappel qu’il y a urgence à agir, et que chaque geste compte.

Sachant que chaque objet acheté, chaque chose consommée a un impact sur notre planète, à nous de le réduire au maximum, en acceptant nos inévitables limites et contradictions (Pour citer notre exemple, on a un fournisseur d’électricité « verte » et on a vendu notre voiture mais on prend l’avion pour rentrer en France, on mange 100% vegan et à 90% bio et de saison mais pas tellement local (difficile à Berlin !) ni équitable, on limite les jouets et les vêtements mais on en achète quand même un peu dans les grandes enseignes pas chères… Voyons le positif : à petits pas, on peut toujours continuer à s’améliorer !)

Par où commencer pour modifier notre façon de consommer ?

On peut se sentir découragé face à l’ampleur de la tâche : or chaque effort compte. Rien n’est vain.

Au niveau écologique, s’il n’y avait qu’un geste à faire, ce serait de réduire ou de supprimer les produits animaux de son alimentation. En effet tendre vers une alimentation végétale s’avère de loin le geste le plus significatif pour la planète (et tous ses habitants) :

http://www.viande.info/: le site sur l'impact de la viande sur les humains, les animaux et l'environnement

Devenir VEGAN... C'est être solidaire avec  le Tiers-Monde  !

Le coût exorbitant de la viande

 

Pour avancer vers la décroissance et le véganisme, commencez par consulter l’excellent blog d’Antigone XXI  qui propose des défis, des suggestions pour avancer pas à pas vers plus de frugalité et de simplicité dans tous les domaines de notre vie…

Et pour diminuer la part des produits animaux dans votre alimentation, je vous conseille le petit Guide du végétarien débutant, très bien fait, à lire gratuitement en ligne, ainsi que mes Menus de la semaine pour trouver des idées de repas.

 

Livres utiles pour comprendre et agir :

- Pour comprendre la catastrophe qui nous menace et les enjeux écologiques, les ouvrages engagés de Michel Tarrier

 - Sur le sujet de la décroissance : ceux de Serge Latouche

- Pour des analyses, des réflexions qui aident à ouvrir les yeux sans perdre espoir, et à se mobiliser pendant qu’il en est encore temps : la voix de la sagesse de Pierre Rabhi

- Pour commencer à appliquer la décroissance au quotidien : Dominique Loreau, L’art de l’essentiel

 

Et à très vite pour un article plus réjouissant !



 

Posté par sophieso à 13:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 avril 2014

Couscous au chou rave

Avec l'arrivée du printemps, il débarque sur les étals des marchés et magasins bio. Vos enfants sauront-ils reconnaître ce légume grâce à la devinette qui lui avait été consacrée dans Pitaya magazine n°4?

chou rave pitaya

 

C'est le chou-rave, ce légume qu'on connaît peu et qu'on ne pense pas vraiment à cuisiner... Et pourtant, comme tous les choux, il est très intéréssant pour la santé et également très bon, cru ou cuit.

Afin de le faire découvrir en douceur aux enfants, je vous le propose dans une recette de couscous qui intègre aussi des légumineuses: un vrai repas complet.

 

couscous carotte chou rave

Ingrédients pour 3-4 personnes:

150 g de graines de couscous (de maïs pour une version sans gluten)

2 carottes

1 chou-rave

bouillon de légumes

ras-el-hanout (ou muscade, poivre et curcuma)

1 verre de pois chiches cuits

 

Préparation:

Couper les carottes en rondelles et le chou rave en petits cubes. Les faire cuire dans un peu de bouillon jusqu'à ce qu'ils soient tendres. En fin de cuisson, ajuster la quantité d'eau, verser la semoule, retirer du feu et laisser gonfler. Ajouter les pois chiches et les épices.

Bon appétit!

Posté par sophieso à 12:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mars 2014

Des petits pots légumes-céréales bio et vegans

Préparer soi-même ses purées pour bébé est sans doute le mieux. Mais quand on n'a pas le temps, ou pour dépanner en sortie, les petits pots sont bien pratiques! Le problème, c'est que passées les premières purées de légumes nature, on ne trouve pas facilement de menus équilibrés et vegans pour les plus grands. 

En Allemagne, nous sommes assez gâtés à ce sujet. Dans mon article sur l'enfance en Allemagne, je vous avais déjà parlé du vaste choix de petits pots bio à prix mini (voir la photo du rayon!). La marque bio Hipp propose même depuis peu des "menus végétariens" (lasagnes, gratins, ratatouille, pâtes aux légumes) dans lesquels elle a eu la bonne idée d'inclure de l'amarante pour le fer et de l'huile de colza pour les omega 3; mais malheureusement tous les petits pots contiennent du lait de vache ou de l'oeuf.

C'est donc avec un grand plaisir que j'ai découvert tout récemment des mélanges de légumes et céréales cuisinés, réellement bons, bio, équilibrés et... 100% vegans!

IMG_0466

Alnatura propose de nombreux mélanges de légumes (y compris "originaux" comme le panais, la patate douce) mais je me contente de citer ceux qui contiennent aussi des céréales et donc constituent des repas plus complets. Ces menus ne comprenant pas de légumineuses, pour avoir un repas parfaitement équilibré vous pouvez donner en accompagnement à votre enfant une galette de légumineuses ou de tofu à grignoter (ou compléter lors du repas suivant, ce n'est pas nécessaire à chaque repas).

 

De gauche à droite:

- potiron, pomme de terre, petits pois, fenouil, riz

- légumes (carotte, épinards, poireau, tomate, panais, pomme de terre) et millet

- carottes, brocoli et tomates avec pâtes complètes à l'épeautre (en morceaux, mon bébé a dévoré ce pot de 220g à la main et à température ambiante!)

- il existe aussi polenta aux légumes (pas sur la photo).

 

Tous ces petits pots sont sans sel ajouté, enrichis en huile de colza et provenant de l'agriculture biodynamique. On les trouve dans les drogueries DM ou les magasins bio Alnatura, à 1,15 euros le pot de 220g. Profitez-en si vous passez par l'Allemagne, et n'oubliez pas de ramener aussi des cosmétiques vegans et bio à petits prix ;)

Si vous n'avez pas l'occasion de faire votre shopping en Allemagne, inspirez-vous de ces mélanges de légumes et de céréales pour faire vous-mêmes de délicieuses purées (autres idées recettes ici).

3548-10360

Et en France? En plus du fameux petit pot légumes et tofu de Prémibio, en faisant une recherche rapide sur un seul site, j'ai tout de même trouvé pas mal de choses (l'offre a l'air de s'élargir!): mélange de légumes et millet, légumes-pâtes, légumes-quinoa, Pennes aux aubergines, ratatouille de quinoa, Tajine de potiron et boulgour, mélanges de légumes au quinoa (betterave, panais, butternut, rutabaga), idem en gourde à boire, et à partir de 12 mois, une assiette de fondue de petits légumes au quinoa.

Si vous connaissez d'autres menus vegans pour bébés, n'hésitez pas à partager ici vos trouvailles pour les autres parents!

24 mars 2014

Menu de la semaine du 17 au 23 mars (végétalien)

Voici le "menu de la semaine" de mars. Cette semaine, on s'est encore régalés avec du chou (chou vert pommé, brocoli), on a mangé nos premières courgettes de l'année (j'en avais envie même si ce n'est pas encore la saison...), et on avait une belle récolte de graines germées à saupoudrer sur tous les plats (dommage que mon fils n'aime pas).

 

potimarron riz lentilles tarte épinards   spaghettis algues courgettes champignons

A gauche: potimarron rôti, riz complet et lentilles, tarte aux épinards avec graines germées

A droite: spaghettis aux algues, champignons  et courgettes

Remarques:

- J'ai commencé la réintroduction du gluten (avoine, épeautre), ce menu n'est donc pas 100% sans gluten comme les précédents.

- Cette semaine mon fils aîné a mangé aussi les repas de midi à avec nous car il était malade et n'est pas allé à la crèche. Je vous rassure, il ne mange pas tout ce que je propose dans le menu, les tartes n'ont plus de succès, les crudités et les graines germées n'en ont jamais eu, et les légumes, ça dépend.

- Même si je trouve mes menus tout simples, on m'avait demandé comment je réussissais à cuisiner tout ça, alors voici mes astuces: des recettes toujours rapides à préparer (au moins la semaine), c'est-à-dire ne demandant pas plus de 10 minutes de préparation (après, ça peut cuire plus longtemps mais alors je suis libre pour faire autre chose). On cuisine rapidement le soir pour le lendemain midi, et le midi pendant que je mange je fais souvent cuire le repas du soir car je suis plus tranquille qu'à 18h avec les deux enfants fatigués et énervés. Pour gagner du temps, je fais cuire les légumineuses en grandes quantités et j'en congèle, je congèle aussi des galettes cuites, du houmous... Nos assiettes peuvent vous paraître demander parfois beaucoup de préparation mais c'est simplement qu'on utilise les restes (et les crudités qui ne demandent pas de préparation) pour composer des assiettes colorées et variées. Si j'essaie de prévoir mes menus à l'avance parce que cela simplifie les choses, il y a des semaines où j'ai la flemme et où je ne compose le menu qu'en milieu de semaine voire pas du tout, dans ce cas j'improvise... Et les pâtes, gnocchis, frites au four, simili carne tout prêts ou légumes surgelés ou en boîte sont bien pratiques!

- Ne paniquez pas devant la looooongue liste de gâteaux et recettes sucrées de la semaine : autant je n'aime pas passer du temps en cuisine pour les repas (il faut que ce soit rapide et simple), autant j'avoue que cuisiner du sucré est mon passe-temps préféré. Là aussi, des recettes généralement simples, adaptables selon les envies et les ingrédients des placards, et vite prêtes car on veut manger "tout de suiiiite". Cette semaine j'ai fait particulièrement beaucoup de douceurs sucrées car on avait de la visite, et puis un moral un peu bas... réclamant du sucre et du chocolat!

- Pour les petits-déjeuners, j'ai quasiment abandonné mon habituel chocolat chaud-tartines ou müsli-lait au profit de smoothies ou porridges bourrés de fruits, légumes, beurres de noix, céréales, cacao... un pur bonheur inspiré par les recettes d'Antigone XXI! Mon fils de 3 ans ne veut que des toasts au pâté végétal mais j'arrive à mixer discrètement, dans son lait, banane et même un légume vert (épinard ou courgette): il adore son lait quand il est préparé ainsi, mais il ne faut pas lui révéler le secret car il "n'aime pas les smoothies" ;)

- Enfin, pour des infos sur la supplémentation nécessaire et l'équilibre des menus végétaliens, voir cette page.

 

galettes pois chiches purée céleri rave   choucroute

A gauche: galettes de pois chiches, purée de céleri rave et pommes de terre

A droite: choucroute avec tofu fumé

 

Le menu:

Lundi

Midi: panisse grillée (recette à venir), reste de gratin de chou vert pommé, roquette, graines germées

Soir: potimarron rôti sauce balsamique, riz complet et lentilles

 

Mardi

Midi: galettes de flocons d'avoine et oignons, brocoli, reste de riz complet aux lentilles et de potimarron rôti

Soir: frites au four, salade verte, carottes râpées à la coriandre et aux olives noires, graines germées

 

Mercredi

Midi: salade d'endives, reste de galettes aux flocons d'avoine, de panisse, de riz et lentilles, salade verte

Soir: soupe de betterave, gnocchi / tartines de pâté à l'aubergine avec graines germées

 

galettes flocons avoine oignons   frites salades

 A gauche: galettes de flocons d'avoine, potimarron rôti, riz aux lentilles et brocoli

A droite: frites et salade

Jeudi

Midi: choucroute (bio en boîte) avec pommes de terre et dés de tofu fumé

Soir: reste de soupe de betterave, salade verte et salade d'endives, tartines

 

Vendredi

Midi: patate douce, steak de seitan (acheté tout prêt), salade d'endives, graines germées

Soir: spaghettis (sans gluten pour moi) avec au choix: algues, champignons, oignons, courgette, pesto vegan, sauce tomate-tahin-amandes

 

Samedi

Midi: galettes de pois chiches (avec cumin, ail, son d'avoine, farine de sarrasin), mâche, purée de céleri rave et pommes de terre, sauce tahin-purée d'amandes-jus de citron

Soir: tarte tofu-brocoli-millet (pour mon fils: pâtes au brocoli), mâche

 

Dimanche

Midi: reste de tarte, chou vert pommé et sauce yaourt, purée d'amande, cannelle et muscade

Soir: makis courgette/carotte/avocat/brocoli, carottes râpées

 

 

Les petits déjeuners, desserts et goûters de cette semaine :

 

smoothie épinards cacao banane amandes   gâteau carotte Lili's k et glaçage frischkäse citron orange

Smoothie épinards cacao banane amandes; gâteau à la carotte avec glaçage au fromage frais vegan, citron et orange

 

Les petits déjeuners : lait végétal enrichi en calcium, et au choix: fruits; pain de mie ou pain complet tartiné de purée de noix, confiture ou pâté végétal; müsli; smoothie (généralement inspiré de cette recette: banane, courgette ou pousses d'épinards, lait végétal, purée de cacahuète ou huile de coco, cacao); et aussi cette semaine: croissants vegans, porridge de la demi-lune, millet au lait d'amande et aux fruits (ananas, pomme, poire, banane, noix de coco, dattes, noix de cajou)

Les desserts : yaourt au soja, fruits, compote de pommes

Les goûters : lait végétal enrichi en calcium, fruits, biscuits vegans, fruits secs, noix de cajou, Bounty vegans, gâteau à la carotte adapté sans gluten avec glaçage au fromage frais vegan et au jus d'orange et de citron, tartelettes crues au citron, moelleux au chocolat

 

bounty   tarte citron crue (2)

Bounty; tartelettes crues au citron



13 mars 2014

Les animaux de la ferme, un mythe soigneusement entretenu

S'il y a un mythe qui m'agace, c'est bien celui de "la ferme", omniprésent dans les jeux et livres destinés aux enfants. Voici ma réflexion sur le sujet, parue dans le numéro 115 d'Alternatives végétariennes (mars-mai 2014), et qui a même eu l'honneur d'être annoncée en couverture:

av 115

 

Avec les moyens de transport et les objets du quotidien, les animaux de la ferme constituent l’un des thèmes omniprésents dans la vie des enfants en bas âge. Livres, Duplos et Playmobils, jouets en bois, chansons, jeux de société, décorations de chambre, dessins animés, coloriages, semaines thématiques… La ferme est un sujet incontournable et, semble-t-il, particulièrement apprécié des enfants qui connaissent très vite les moutons, vaches et cochons par leur nom, et sont capables de reconnaître leurs cris, souvent sans jamais les avoir vus en vrai. Tout cela serait très bien… si la ferme n’était pas aujourd’hui un mensonge pur et simple à destination des enfants. Et autrement plus grave que le Père Noël… puisque la vérité ne leur sera jamais révélée, soit que les adultes y croient encore, soit qu’ils cherchent à protéger soigneusement l’illusion !

 

animaux ferme (2)

 

Quand j’étais petite, mes grands-parents possédaient encore une ferme avec un potager, six ou sept vaches et un poulailler. Je ne dis pas qu’il n’existe plus aujourd’hui dans nos pays, de petit paysan possédant un cochon, une chèvre, trois poules et une vache (pour faire comme dans les livres) qu’il traite avec amour. On trouve même des fermes pédagogiques, plus précisément dites « d’animation », créées spécialement pour offrir aux enfants un contact avec ces animaux, dont ils sont trop souvent privés surtout quand ils grandissent en ville [1]. Mais clairement, la ferme aujourd’hui n’EXISTE PLUS et surtout, ce n’est pas de là que viennent les produits animaux consommés en masse. Car les fermes d’animation, qui sont sûrement les seules à se rapprocher un peu de l’image idyllique des livres d’enfants, ne possèdent par définition que « peu ou pas de production agricole commercialisée » [2]. Je ne nie pas qu’il est bon d’apprendre aux enfants d’où viennent les œufs, le lait et la viande (ce dernier point étant souvent étrangement passé sous silence), et que pour cela on ait besoin de simplifier les choses ou même pour les plus petits, de recourir à une réalité ancienne, tout comme les trains représentés dans les livres pour tout-petits sont des locomotives à vapeur, sans doute jugées plus mignonnes. Mais souvent, on présente les choses comme si la vache nous « donnait » son lait et la poule ses œufs ; et on continue à entretenir le mythe, même une fois que l’enfant serait en âge de comprendre, de la petite ferme où les animaux heureux nous fournissent tranquillement en viande, lait et œufs.  

 

animaux ferme (4)   animaux ferme

 

La plupart des adultes, pour ne pas dire tous, est bien consciente de ce mensonge. Alors pourquoi continuer à propager cette image fausse et périmée ? Quelle est son utilité ? Qu’essaie-t-on de transmette aux enfants ? Je pense que dans le fond, les adultes essaient avant tout de se donner bonne conscience en se persuadant que la société traite bien les animaux. A force de voir des représentations de petites fermes partout, on finit par y croire et par oublier la réalité de l’élevage industriel [3]. De plus, ce mensonge est très utile pour étouffer l’éventuel malaise de l’enfant au moment où il se rend compte que la viande est un morceau d’animal, animal qu’on lui a pourtant appris à aimer, voire pour la plupart d’annuler ce malaise avant même qu’il se manifeste, puisqu’on leur a toujours répété que tout va bien et que les animaux sont heureux de donner des parties d’eux-mêmes. Bizarrement, alors que les reportages animaliers et livres documentaires abondent sur la faune sauvage ou les animaux de compagnie, on n’en trouve presque aucun sur les animaux dits « de ferme » dont on parle pourtant si volontiers, comme s’il ne fallait pas risquer de bousculer l’image sympathique et simplette dont ils jouissent dans l’imaginaire collectif en leur attribuant une forme d’intelligence ou de sensibilité. Il serait en effet difficile de continuer à les considérer comme les machines à produire qu’on les a fait devenir…  Enfin, cette omniprésence du thème de « la ferme », cette banalisation même dans l’univers enfantin alors que la ferme est invisible au quotidien (et pour cause), sert assurément à justifier et à entretenir l’idée selon laquelle il serait nécessaire de consommer des produits animaux. Et si inversement cette dernière croyance était plus largement remise en question, nul doute que des parents seraient soulagés de ne plus avoir besoin de faire « gober » le mythe de la ferme (et ses produits) à leurs enfants !

 

playmobil abri veau

 

Pour ne plus avoir à mentir à ses enfants sur le sujet de ces animaux, omniprésents de manière indirecte dans notre société, comment faire ? Des jouets et des livres qui représenteraient plus fidèlement la réalité seraient-ils une solution ? Récemment, la boîte Playmobil « Abri avec veau et fermière », composée d’un veau dans son box individuel, a déclenché une vague de protestation des défenseurs des animaux auprès de l’entreprise Playmobil, accusée d’encourager ainsi, avec les boîtes zoo, chasseur et corrida (cette dernière n’étant pas disponible en France), l’exploitation des animaux et de la rendre normale aux yeux des enfants. Il est vrai que la stupéfiante description du jouet va clairement dans ce sens : « Avec les panneaux solaires sur le toit, l'abri pour le veau et le silo rempli de nourriture, Playmobil associe une vie à la ferme idyllique avec une agriculture moderne » [4]. Idyllique… sauf pour les animaux. Et pourtant, ce jouet a au moins le mérite, à mon sens, de ne pas cacher la vérité, à savoir que le bébé veau est enfermé et privé de sa mère. Mais combien d’enfants le remarqueront et poseront la question à leurs parents ? Et quelle sera la réponse ?

 

nousmangez270-z

IMG_0625   IMG_0636

 

Si je n’ai pas réussi à épargner à mes enfants les livres sur la ferme, en revanche j’évite les jouets représentant une ferme avec ses outils d’exploitation, et les livres sont l’occasion de leur expliquer la réalité : non, le cochon n’a pas envie d’être mangé, la poule ne nous donne pas ses œufs et le lait est pour le bébé veau. Simple et logique ! Enfin, sur la réalité de « la ferme » aujourd’hui, il existe un précieux livre pour enfants qui parle de manière adaptée à leur âge de l’élevage industriel et des raisons de refuser les produits animaux, il s’agit de Ne nous mangez pas ! de Ruby Roth, désormais traduit en français [5]. Car si nous voulons un monde meilleur pour nos enfants, il est de notre responsabilité de leur dire la vérité afin de les aider à devenir des adultes - et des consommateurs - avertis et respectueux de tous les êtres vivants.



[1] Cela pourrait être enrichissant pour les enfants s’ils n’arrivaient pas déjà la tête remplie d’idées préconçues sur ces animaux. Voir La vache à lait de Michelle Julien pour l’édifiante retranscription des réactions de visiteurs à la Ferme de Paris : enfants et adultes ne voient la vache « qu’à travers le volume de son pis et sa capacité à produire du lait », la vache est invariablement qualifiée de « grosse », et les adultes se sentent obligés de meugler à sa vue (parce qu’ils la jugent incapable de comprendre une parole et qu’ils pensent ainsi se mettre à son niveau ?)

[2] Pour une définition des différents types de fermes pédagogiques : http://www.bergerie-nationale.educagri.fr/site_FP/types.html

[3] Ou même de l’élevage tout court. Car même dans les élevages « bio » ou « respectueux », n’oublions pas que les veaux sont enlevés à leurs mères pour le lait et que tous les animaux finissent à l’abattoir.

[5] Aux éditions l’Age d’Homme, 2013

Posté par sophieso à 13:26 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 mars 2014

Galettes de lentilles

Recette classique de la cuisine végétarienne avec les galettes de flocons, les galettes de lentilles sont une façon attrayante de présenter ces légumineuses riches en protéines, fer, phosphore, cuivre, manganèse, folate et zinc. Associant les lentilles à une céréale (ici sous forme de farine), ces galettes apportent des protéines complètes c’est-à-dire contenant tous les acides aminés essentiels. Si "chez les adultes, il n’est pas nécessaire de rechercher cette complémentarité au sein d’un même repas, car le fait de l’obtenir dans la même journée est habituellement suffisant", le site Passeport santé rappelle qu'en revanche "chez les enfants, les adolescents et les femmes enceintes, il est préférable d’atteindre la complémentarité des protéines dans un même repas". C'est chose faite avec ces galettes.

Les lentilles sont également les plus digestes des légumineuses donc idéales pour les enfants. Pour mes autres recettes aux lentilles, cliquez ici (ou sur le tag « lentilles »), et pour des recettes sucrées aux légumineuses, voir ce précédent article.

 

galettes lentilles (2)

 

J'improvise toujours mes galettes selon mon inspiration et ce que j’ai dans mon frigo, mais j’ai essayé de noter les ingrédients et les quantités la dernière fois afin de vous donner un exemple. Sentez-vous libre de mettre plus ou moins de coulis de tomate ou de farine, d’ajouter des légumes, des épices, de l’okara ou des flocons. J'y incorpore souvent des graines de lin moulues pour les omega 3 et des graines de chia pour les omega 3 et le calcium mais ces ingrédients (qui servent aussi de liants) ne sont pas indispensables.

 

Ingrédients pour une douzaine de galettes :

500g de lentilles brunes cuites (trempées 12h avant cuisson)

140g de coulis de tomate

100g de farine (pour moi 40g de farine de sarrasin, 40g de farine de riz complet et 20g de fécule de maïs)

1 oignon

Herbes de Provence

Cumin, coriandre (une demi càc de chaque)

1 càs de graines de chia (facultatif)

1 càs de graines de lin moulues (facultatif)

Sel

 

Préparation :

Mélanger lentilles, coulis de tomate, graines et oignon coupé en tout petits morceaux. Ajouter les farines et les épices. Bien mélanger.

A la main (si la pâte ne colle pas trop) ou à la cuillère, déposer des boules de pâte dans une poêle bien huilée, les aplatir, les faire glisser pour les décoller, et faire cuire à feu vif d’un côté puis de l’autre.

Les galettes peuvent se déguster telles quelles en accompagnement de légumes et de céréales, ou constituer la base de délicieux burgers végés. Chez nous, on les grignote même parfois au goûter avec des fruits!

Posté par sophieso à 09:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 mars 2014

Mon article sur "Le végétalisme en famille" dans Grandir Autrement n°45

On parle de végétalisme en famille dans Grandir Autrement!

GA-45

Après "L'alimentation non-violente en famille" (article en lecture libre sur le site), où je présentais sur 3 pages les raisons de choisir une alimentation végétarienne et les avantages que peuvent en retirer les enfants, voici un court témoignage intitulé "Le végétalisme en famille" paru dans le numéro 45 de Grandir Autrement (mars-avril 2014). Vous y découvrirez les raisons de notre choix, comment nous l'avons expliqué à notre fils, ses réactions, les conséquences positives de ce mode de vie pour toute la famille et quelques-unes de nos astuces au quotidien.

Disponible non seulement sur le site internet de Grandir Autrement mais aussi en kiosque depuis quelques mois, le magazine prend un coup de jeune avec une nouvelle maquette. A découvrir ou à redécouvrir!

28 février 2014

Petit déjeuner gourmand pomme quinoa

Si vous avez lu jusqu'au bout mes menus de la semaine, vous l'avez déjà vu figurer dans la liste des petits déjeuners: le Apple Pie Quinoa Parfait d'Antigone XXI est devenu notre petit déjeuner de luxe pour les dimanches où on a le temps. Un petit déj' (ou dessert, ou goûter) original, gourmand, sans gluten et riche en protéines grâce au quinoa et au soja dont les acides aminés se complètent à merveille. Le quinoa est aussi une bonne source de fibres, de fer, de manganèse et de cuivre.

Initiallement prévu pour les grands, ce parfait plaît aussi aux enfants puisque mon grand de trois ans et mon bébé d'un an dévorent leur grande verrine, eux qui boudent le quinoa en version salée. Il faut dire que "la verrine de quinoa à la pomme et à la crème" est plus alléchante qu'une portion de quinoa en accompagnement des légumes! Si on n'a pas de quinoa ou qu'on ne souhaite pas en utiliser, on doit pouvoir aisément le remplacer par du millet (riche en fer), de l'amarante ou même de la semoule.

Voici la recette originale suivie de ma variante pour les jeunes enfants. J'ai hâte de l'essayer avec d'autres fruits cet été, notamment des pêches.

 

parfait pomme quinoa antigone

 

Ingrédients pour 2 très grosses portions  :

Pour le quinoa crémeux

  • 220 g.  [1 cup + 1/2] de quinoa déjà cuit
  • 80 ml. [1/3 cup] de lait végétal
  • 1 poignée de raisins secs
  • 1 càc de sirop d’érable
  • 1 CàS de purée d’amande (complète ou blanche)
  • épices au goût : muscade, cannelle, vanille*

Pour les pommes caramélisées

  • 2 pommes
  • 1 càc d’huile de coco
  • 1/4 à 1/2 càc de cannelle
  • 1 pincée de muscade
  • 2 càc de sirop d’érable*

Pour le yaourt

  • environ 250 g. de yaourt végétal nature (soja ou autre)
  • 1 CàS de sirop d’érable

+ amandes effilées

 

Préparation :

  1. Coupez vos pommes en dés et faites les revenir 2 minutes à feu moyen-vif dans l’huile de coco. Ajoutez les épices, couvrez et faites cuire à feu moyen pendant 5-10 minutes, jusqu'à ce que les pommes soient attendries. 
  2. Ajoutez ensuite le sirop d’érable, baissez à feu doux et faites revenir encore 1-2 minutes. Transférez dans un récipient et réservez.
  3. Dans la même poêle ou pendant ce temps, ajoutez tous les ingrédients du quinoa crémeux. Faites cuire 5 minutes à feux doux-moyen, jusqu’à ce que le quinoa et les raisins aient absorbés le lait.
  4. Montez ensuite le parfait : une couche de yaourt, une couche de quinoa, une couche de pomme, et ainsi de suite… Parsemez d’amandes effilées et servez sans attendre, ou bien déposez au réfrigérateur pour le lendemain matin.

 

 

Variante pour les bébés (à partir de 10-12 mois):

Ingrédients:

Quinoa cuit, pomme, lait végétal, purée d'amandes ou de noisettes, yaourt de soja nature, vanille, cannelle.

 

Préparation:

Faire cuire les pommes en dés dans un peu d'eau comme pour une compote. Ajouter une pincée de cannelle.

Mélanger le quinoa avec un peu de lait végétal et de purée d'amandes (ou de noisettes).

Si le yaourt n'est pas du tout sucré, ajouter éventuellement une cuillère à café de sirop d'érable, et une pincée de vanille.

Déposer dans un petit verre une couche de quinoa, une couche de yaourt, une couche de pommes, renouveler si nécessaire. Bon appétit aux babys!

24 février 2014

Menu de la semaine du 17 au 23 février (végétalien, sans gluten)

Et voici le "menu de la semaine" du mois de février. On a privilégié les derniers fruits et légumes d'hiver (potimarron, pommes...) et le weekend on s'est régalés avec des recettes demandant un peu de préparation comme des escalopes panées ou des rouleaux de printemps.

 

schnitzel   chili et sarrasin

A gauche: escalope de soja panée

A droite: chili sin carne et sarrasin

Remarques:

- Ce menu est encore sans gluten pour moi, mais je touche à la fin de mes 3 mois d'éviction pendant lesquels migraines et ballonnements ont quasi disparu. La réintroduction me permettra de savoir si le blé ou le gluten en sont bien la cause.

- Comme toujours, j'ai fait des recettes simples en essayant de mettre quotidiennement au menu des crudités et des légumineuses. Mon fils aîné ne mange que les repas du soir avec nous et j'essaie de tenir compte de son menu du midi (quand il n'aime pas le menu du soir il a parfois des restes du midi). Pour arriver facilement à concilier tout cela, je planifie mes menus à l'avance grâce à l'astuce des petits papiers. Si je teste régulièrement de nouvelles recettes (mon énorme classeur de recettes commence à déborder!), la plupart des plats de la semaine font partie de nos classiques, que vous verrez parfois revenir d'un menu à l'autre. Cliquez sur les liens en bleu pour accéder aux recettes.

- Ne rêvez pas en voyant mâche, endives ou lentilles germées... ce sont les parents qui les mangent! Difficile en effet d'inciter mon fils de 3 ans à goûter les crudités. Il commence en plus à refuser, même sous forme de tarte ou de soupe, plusieurs légumes qu'il mangeait bien jusque-là. Comme le concombre est une des seules crudités qu'il mange, j'en ai acheté un bio cette semaine même si ce n'est pas de saison. De même pour la courgette qui est la seule "verdure" passant bien en smoothie.

- Mon bébé d'un an, s'il a encore des purées, mange de plus en plus comme nous. Cette semaine: légumes en morceaux, tofu, filet de lupin, risotto de potimarron, pancakes, Apple-pie quinoa parfait ...

- Enfin, pour des infos sur la supplémentation nécessaire et l'équilibre des menus végétaliens, voir cette page.

 

tarte quinoa betterave   rouleaux de printemps et soupe de petits pois (2)

A gauche: tarte betterave-tofu fumé-quinoa

A droite: rouleaux de printemps et soupe de petits pois

Le menu:

Lundi

Midi: poireaux vapeur à la crème de riz, galettes de pois chiches

Soir: tarte betterave-tofu fumé-quinoa avec cette pâte sans gluten, roquette

 

Mardi

Midi: salade d'endives, noix et raisins secs, patate douce, galettes de pois chiches

Soir: tarte betterave-tofu fumé-quinoa, soupe potimarron et amarante

 

Mercredi

Midi: carotte et fenouil avec sauce aux noix, salade d'endives, millet, feuilles de vigne farcies (boîte rapportée de Grèce)

Soir: reste de soupe, spaghettis (sans gluten) au pesto vegan, roquette, concombre

 

IMG_0471   galettes pois chiches

A gauche: feuilles de vigne, salade d'endives et carottes-fenouil sauce noix

A droite: carottes et chou rave râpés, galettes de pois chiches et sauce tahin citron

 

Jeudi

Midi: carotte et chou rave crus râpés, feuilles de vigne farcies, galettes de pois chiches sauce tahin citron

Soir: chili sin carne (recette à venir), sarrasin, betterave, roquette

 

Vendredi

Midi: riz complet, épinards en branches, lentilles germées

Soir: crudités (avocat, mâche, concombre), purée de céleri rave et pommes de terre au tahin, filets de lupin (un délice mais contient du blé, pour moi saucisse de tofu et lupin sans gluten)

 

Samedi

Midi: chou-fleur sauce béchamel à la farine de riz, tofu pané aux noix, mâche

Soir: risotto de potimarron

 

Dimanche

Midi: Schnitzel (escalope faite d'une grande tranche de protéines de soja texturées panée), frites maison au four, mâche, carotte râpée

Soir: rouleaux de printemps (vermicelles de riz, tofu fumé, potimarron, courgette et carottes râpés crus), sauce tamari; soupe de petits pois, oignons et crème de riz; pâtes alphabet à l'épeautre avec sauce tomate pour les enfants

 

Les petits déjeuners, desserts et goûters de cette semaine :

 

IMG_9762  IMG_5534

 

Les petits déjeuners : lait végétal enrichi en calcium, et au choix: fruits; pain de mie ou pain complet tartiné de purée de noix, confiture ou pâté végétal; müsli; smoothie (banane, courgette, lait végétal, purée de cacahuète, cacao); Apple-pie quinoa parfait ; pancakes sans gluten

Les desserts : yaourt au soja, fruits, compote de pommes, crème vanille-choco-noisette

Les goûters : lait végétal enrichi en calcium, fruits, galettes de riz, biscuits vegans, fruits secs, noix de cajou, barres aux fruits, Pain des fleurs, muffins au chocolat sans gluten, gâteau pois chiches orange amande



Fin »