Enfants et bébés végétariens, végétaliens et véganes

06 juillet 2017

Activités et apprentissages libres (IEF) #6

Déjà l'été! Voici venu le moment de notre bilan de fin de trimestre pour les fidèles lectrices qui m'ont suppliée de continuer ;-) Les autres, j'espère que vous pourrez y piocher des idées de lectures, de jeux ou de visites à faire, même si vos enfants ne sont pas instruits en famille.

Pendant ce trimestre de printemps, nous avons poursuivi nos activités régulières, c’est-à-dire nos quelques heures de cours à l’école libre pour homeschoolers, nous avons surtout joué librement dehors et à la maison et pas mal voyagé : France, Budapest, Berlin. Mon fils, qui a fêté ses 7 ans et serait donc en fin de CP, a presque terminé le Cahier du jour, cahier du soir, Tout en un CP de Magnard, et je ne compte pas lui faire faire toutes les leçons car certaines sont clairement sans intérêt ou alors il maîtrise déjà bien le sujet. Ce trimestre, suite à une discussion avec une amie et surtout à l’entretien avec sa prof à l’école allemande, j’ai réalisé qu’il était sûrement un enfant à haut potentiel, dit aussi précoce ou « surdoué ». Il en a en effet de nombreux traits : curiosité insatiable, notamment pour les grandes questions existentielles, esprit très vif, passions particulières (pigeons, insectes, minéraux) et très affirmées, total désintérêt pour les tâches trop faciles ou qui ne font pas sens pour lui, mais aussi pour les tâches qui demandent trop d'efforts, capacité à réussir immédiatement ce qu’on lui demande et qui n'est pas évident pour les autres (comme identifier des catégories de mots), mémoire énorme, hypersensibilité, manque d’autonomie… Du coup, cela ne change rien à notre manière très libre d’apprendre, mais je suis d’autant plus contente qu’il n’aille pas à l’école où il n’aurait pas la vie facile (ce que m’a confirmé sa prof allemande).

 

IMG_8148

 

 

Emploi du temps de ce trimestre :

Lundi : Escalade (fini début mai)

Mardi : Son frère à la crèche (il a arrêté mi mai) ; Science, piano, tutrice d’anglais

Mercredi : Pique-nique au parc avec notre petit groupe ou Story time à la bibliothèque

Jeudi : Anglais, maths, piano

Vendredi : Son frère à la crèche ; pas d’activité fixe

Samedi : Ecole allemande et yoga pour enfants

Dimanche : Football

 

BILAN : L’événement le plus important du trimestre est que mon fils, maintenant parfaitement à l’aise en anglais, s’est ouvert d’un coup aux autres, notamment en groupe, ce qui m’enlève un poids énorme. Il discute et rigole avec les autres, a invité plusieurs copains à son 7e anniversaire et bavarde avec les adultes et voisins qu’il connait… 

Pendant ces 3 derniers mois, ses passions constantes sont toujours les minéraux, les plantes, le corps. Et les nouveautés : la monnaie.

Les projets (passions approfondies qui ont donné lieu à plusieurs activités autour du même thème, telles que visionnage de documentaires, lecture de livres, observation sur le terrain, bricolages, coloriages…) : la monnaie, le corps, les dinosaures, Mars.

 

 

Liste de nos activités et apprentissages d’avril à juin, par matières:

 

Sciences (maths, physique, astronomie, chimie, biologie, écologie...):

- Maths et logique: J’ai l’impression qu’il a moins progressé dans ce domaine ce trimestre car on n’a pas vraiment fait de fiches à ce sujet, seulement deux pages de « problèmes » de CP, mais en fait il en résout en permanence dans la vie quotidienne, comptant tout. A son cours de maths, il a fait des probabilités avec des dés notamment. Il a reçu son premier Moyu cube (autre marque de Rubik’s cube) 2 par 2 et arrive presque à le faire. A Budapest, les billets qui se chiffrent en centaines et milliers l’ont beaucoup intéressé (on a converti la monnaie). Son intérêt pour la monnaie a été nourri par la visite à la Bank of England pour échanger de vieux billets périmés, puis par le Bank of England museum, passionnant, où l’on a pu toucher un lingot d’or, en apprendre plus sur la fabrication des billets, des pièces (qui, elles, ne dépendent pas de la Bank of England) et même observer nos billets aux ultraviolets pour découvrir des inscriptions cachées.

 

IMG_20170512_151608849

 

- Science : Au cours de science, les enfants ont encore réalisé des tas de choses passionnantes comme une fusée décollant grâce au mélange de bicarbonate et vinaigre ou un haut-parleur fait de tubes en carton. Ça marche ! A son anniversaire, il a reçu un coffret pour fabriquer des cristaux et suit attentivement le manuel, expérience après expérience. Au planétarium de Greenwich, on a assisté à un show sur les constellations et Mars suivi d’un quizz interactif sur la planète rouge (les expéditions qui y sont consacrées) et d’un excellent workshop où l’on a pu toucher des météorites et enfiler des lunettes spéciales pour se retrouver sur Mars !

 

science

 

- Biologie: Il observe toujours avec grand intérêt les animaux, s’est pris de passion pour les pigeons (on a dû regarder des vidéos pour savoir s’ils pouvaient être apprivoisés), aime toujours les insectes et je suis impressionnée de la facilité avec laquelle il identifie ce qu’on trouve dans la nature : une larve de libellule, une larve de coccinelle, sans hésiter. Il retient tout. En Allemagne, chez des amis qui ont un étang, nous avons pu observer et écouter les grenouilles.  A deux reprises, nous avons eu la chance de garder des lapins chez nous et les enfants ont collecté du foin et des herbes pour eux. Potager : Sur notre terrasse, nous cultivons en pots tomates, fraises, carottes, tournesols et haricots verts.

 

IMG_20170531_142843065

IMG_20170428_152956384

 

- Corps humain et santé: il est devenu fan de la série Il était une fois la vie qu’il a presque regardée dans son ensemble. Il se passionne pour le corps et s’est beaucoup amusé avec un kit du corps humain démontable qu’il a reçu à son anniversaire. Il a aussi nourri son intérêt pour le corps humain grâce à des livres pour enfants. Il continue à poser beaucoup de questions sur la santé, l’alimentation…

 

IMG_20170511_095434_798

 

Histoire, géographie et techniques:

- Géographie: Notre séjour à Budapest nous a permis de découvrir (et situer) un nouveau pays, de dessiner son drapeau, de nommer le Danube. Comme on est passés par Berlin en rentrant, on a pu voir que cette ville était située entre Budapest et Londres. Ayant entendu parler du Brexit il ne comprenait pas pourquoi le Royaume-Uni restait dans l’Europe, l’occasion de faire la différence entre l’Union européenne et l’Europe géographique. Nous avons passé une journée à Brighton à la mer, en Angleterre et pour lui c’est encore difficile de faire la différence entre Londres/l’Angleterre/le Royaume-Uni. C’est plus de la géologie mais en France nous avons visité une grotte (Gouffre de Poudrey) et pu comprendre comment se formaient les stalactites et stalagmites ainsi que la formation de la grotte avec les différentes couches de roches calcaires et glissements de terrain. Il arrive très bien à lire un plan et à situer différentes choses dessus, ce qui m’a été confirmé par une amie (adulte) qu’il a aidée à se repérer sur un plan dans un lieu inconnu d’eux deux.

IMG_20170518_170630492

 

- Histoire: A Budapest nous avons visité le musée historique retraçant l’histoire de la Hongrie. Evidemment, on a survolé le tout mais glané çà et là des choses : les invasions, les grands musiciens, les jouets et costumes anciens… Nous avons visité un parc de vieux trains à vapeur, la basilique, et regardé Vuk, un fameux dessin animé hongrois des années 80. En France, le séjour jurassien a été marqué par les dinosaures avec la visite du Dino zoo, et nous avons également eu la chance de voir des traces fossiles de dinosaures à Loulle. Au Dino zoo, nous avons assisté à un allumage de feu avec des silex, cherché des fossiles et fait des peintures murales à base de pigments de terre à la manière préhistorique. A Dijon, nous avons vu le marché couvert construit par Gustave Eiffel que mes garçons connaissent bien grâce à leur livre sur la construction de la tour Eiffel.

 

IMG_20170521_132832941_HDR

IMG_20170410_112300295

IMG_20170410_125812381

IMG_20170412_133805745

 

- Techniques: appris comment allumer un feu avec des silex, assisté au marquage de route (à la main avec des petits pots de peinture), vu les pompiers éteindre un début d’incendie dans notre immeuble et parlé des mesures de sécurité existant contre le feu. 

 

Français et langues étrangères :

- Français: Mon fils lit toujours volontiers en français, bien qu’il y ait passé moins de temps ce trimestre, en partie parce que son petit frère a arrêté la crèche et partage maintenant toutes nos journées. Avec le beau temps, il passe aussi plus de temps dehors, avec son frère ou des amis, et joue davantage avec son frère aux Legos, des heures par jour. Il a lu beaucoup de Cabane magique et de Tintin. Dans le Cahier de CP, nous avons vu comment écrire certains sons, et abordé le singulier et le pluriel, ce qui dans le cadre d’un exercice scolaire, qui par définition dissèque les choses évidentes pour les expliquer, l’a plongé dans la confusion. Il ne fait pas volontiers ce Cahier de CP (on n’en fait que rarement, une page toutes les 2 semaines en moyenne) et je me rends compte qu’on va de plus en plus vers du unschooling, à savoir des apprentissages autonomes.

- Anglais: Avec la tutrice, il a fait beaucoup de compréhension de texte mais aussi de l’orthographe, les temps passé et présent, les homonymes… En mai, nous avons arrêté les leçons d’anglais avec la tutrice car il parle désormais très bien, lit aussi beaucoup et n’a pas vraiment besoin de leçons de grammaire ni quoi que ce soit pour l’instant. J’ai peur que cela lui rende les choses plus confuses alors qu’il les appréhende naturellement, en lisant et en parlant, et pour être franche je ne vois pas de chose qu’il ne pourrait pas apprendre lui-même dans le contexte et qui nécessiterait un cours. Peut-être qu’on reprendra pour l’orthographe en septembre ou plus tard si on veut aborder des choses plus compliquées. Il a lu son premier livre de presque 300 pages, Gangsta Granny de David Williams, c’était la première fois qu’il lisait un livre lui demandant plusieurs jours (il lit d’habitude tout d’un trait) et c’était tout de même assez compliqué donc il a eu besoin que je l’encourage pour terminer et que je lise un peu avec lui.

- Allemand: Mon fils a terminé son année à l’école allemande du samedi (2h de petits exercices et bricolages ou chansons chaque samedi hors vacances scolaires). Alors qu’il est le seul à ne pas avoir de parent allemand, et à être instruit en famille, il était l’un des meilleurs quand il s’agissait d’identifier des catégories de mots, d’ajouter la ponctuation manquant à un texte, ou même d’écrire une histoire en quelques phrases. Il a vu Der kleine Eisbär au cinéma, écoute des histoires sur CD et a bien parlé allemand à Berlin, j’étais étonnée qu’il soit encore aussi à l’aise.

- Ecriture: Ecrire lui demande toujours beaucoup d’efforts et il n'aime pas ça du tout mais il écrit des mots quand il en a besoin. Même s’il n’a pas trop confiance en lui et me soumet chaque lettre quand il veut écrire un mot, il a déjà un très bon sens de l’orthographe. 

- Autres langues et cultures : La visite de Budapest a été l’occasion de découvrir et d’entendre une langue totalement étrangère pour nous, sans aucune racine reconnaissable. On a acheté A Graffalo, en hongrois ! Et on a regardé Vuk, un fameux dessin animé hongrois, en version anglaise.

 

Arts et musique:

- Art: Moins d’acivités artistique ce trimestre. Il dessine souvent ou réalise de petits bricolages en carton.

 

IMG_20170517_143155807

 

- Musique: Il continue les cours de piano, 2 demi heures par semaine, et s’entraine quelques minutes tous les jours à la maison.

 

Activité physique:

- Escalade le lundi (fini en mai, on espère reprendre en septembre), yoga pour enfants à l’école allemande le samedi avec moi, football le dimanche, aires de jeux, balades… On n’est pas beaucoup allés à la piscine et on a trop peu d’occasions de faire du vélo (à Londres, les enfants roulent en trottinette !) mais leur « école » vient de se doter d’un trampoline sur lequel ils vont passer beaucoup de temps.

 

yoga

IMG_20170527_112335002

Lac de Wannsee à Berlin

 

La majeure partie de nos journées est toujours constituée de jeu libre, à la maison ou à l'extérieur. Leurs jeux, activités et jouets préférés du moment sont:

- 4 ans: sable, Duplos, puzzles, Legos, trains Brio

- 7 ans: Legos, Duplos, lire, dessiner, rêver, observer la nature, jouer aux Legos, faire des bricolages en carton

 


26 juin 2017

Visiter Budapest en famille (végane)

 Alors que j'étais en train de rédiger notre bilan de fin de trimestre d'instruction en famille que je vous livrerai dans une petite semaine, je me suis rendu compte que j'avais tant de choses à dire sur la jolie ville de Budapest où nous nous sommes rendus en mai, à l'occasion d'un déplacement professionnel de mon mari, que cela allongeait démesurément l'article. Autant vous la présenter dans un article séparé qui pourra servir aux familles végé projetant d'aller la visiter et régaler les yeux des autres. Si l'article vous plaît, n'hésitez pas à me le dire, et je me ferai une joie de vous révéler nos endroits préférés à Berlin et à Londres dans de prochains articles.

 

IMG_20170520_101551844

Vue du Danube et du Parlement depuis la colline de Buda, une belle balade à faire avec les enfants

 

Budapest, la capitale de la Hongrie, est une ville tout simplement magnifique avec ses collines, ses ponts, son île, ses tramways jaunes, ses grandes façades délabrées et ses petits squares partout. Pas trop de monde, pas trop touristique dans le mauvais sens du terme, des tas d'aires de jeux grandioses... et un nombre vraiment surprenant de restaurants véganes. 

Nous avons logé dans un appartement hôtel (payé par le travail de mon mari), nous avions donc une cuisine, ce qui nous arrangeait bien. Cependant, au moment des courses, pas évident de décoder les étiquettes en hongrois! Et tous les gens ne parlent pas anglais. Le plus pratique, pour les produits élaborés, reste donc de faire ses courses en magasin bio (il y en a pas mal, en tout cas plus qu'à Londres où le concept est inexistant!) où vous repérerez le logo ou le mot "vegan". 

Profitez d'être sur place pour faire le plein de cosmétiques véganes pas chers dans les drogueries d'origine allemande Rossmann et dm, dont je vous parlais déjà dans cet article. Leurs marques bio Alterra et Alverde proposent une large gamme de produits véganes à petit prix, facilement identifiables grâce au logo de la société végane.

Et c'est parti pour une petite présentation des endroits à visiter et des restos à tester. 

 

Commençons par le château Jáki kápolna qui enchantera les enfants avec ses grosses tours crénelées. Il est situé dans un joli parc au nord-est du centre ville:

 

IMG_20170521_092203431_HDR

 

N'hésitez pas à prendre un bateau faisant partie du réseau de transports en commun de la ville. En semaine, c'est inclus dans votre ticket de transport (en tout cas pour les tickets hebdomadaires et mensuels). Prenez-le au pied de la citadelle et remontez jusqu'à Margaret island. Vous aurez l'occasion d'admirer le magnifique Parlement:

 

IMG_20170522_140526323

 

Une autre astuce pour voir la ville tout en se reposant (pratique après une journé de marche avec les enfants) est de prendre le tram qui longe le Danube:

 

IMG_20170524_141445263

 

Vous aurez une belle vue sur la Citadelle, à laquelle vous pourrez monter un autre jour, en suivant l'un de ses sentiers boisés (mais abrupts!)

 

IMG_20170519_182446870

 

Baladez-vous dans les rues du centre avec leurs façades délabrées et si charmantes:

 

IMG_20170524_115115428_HDR

IMG_20170521_130003165

 

Près de la station Opera, ne ratez pas Miniversum, un musée interactif avec des kilomètres de trains électriques circulant dans des paysages miniatures de Hongrie, d'Autriche et d'Allemagne:

 

IMG_20170524_090950027

 

Sur la Margaret Island, qui était pas mal en travaux en mai, flânez dans le joli jardin japonais au nord (un peu dur à trouver) et faites une halte dans le petit parc animalier à l'est: je n'aime pas les zoos mais celui-ci abrite des aigles recuillis et n'étant plus aptes à vivre dans la nature par eux-mêmes, ainsi que des paons, canards, cigognes et poneys.

 

IMG_20170519_092933971

IMG_20170519_093417809

 

Incontournable avec les enfants, le Hungarian railway museum où l'on peut grimper dans les vieilles locomotives exposées et même faire un tour du parc sur de petits wagons tirés par une mini (véritable) locomotive à vapeur conduite et entretenue par des enfants:

 

IMG_20170521_133809889

IMG_20170521_140419013

 

Une ville au charme fou comme vous pouvez le voir! Mais la meilleure surprise fut le nombre énorme de restaurants véganes, que nous n'avons même pas réussi à tester tous en 8 jours!

 

Edeni vegan avec son buffet alléchant:

IMG_20170520_105940363

IMG_20170520_110146687

 

Ecocafé pour de bonnes pâtisseries (tout n'est pas végane):

IMG_20170521_163346_216

 

Vegan love, le coup de coeur fast food, trèèèèès copieux et délicieux:

IMG_20170522_165828_963

 

Vega city, juste en face du Magyar Nemzeti Museum (Hungarian National Museum, le musée qui retrace l'histoire du pays, que je vous recommande). Un choix incroyable, 100% végane et à des prix vraiment peu élevés. On a mangé à trois, plat plus dessert, pour moins de 10 euros:

 

IMG_20170523_174050_133

IMG_20170523_115917115

 

Et enfin Napfényes Restaurant and Pastry Shop, plus chic mais toujours peu cher, où l'on s'est régalés de pizza au fromage et au salami végane mais surtout de plats hongrois traditionnels en version végétale:

 

IMG_20170525_212303_543

 

 

Nous avons aussi mangé au Olive Tree (qui sert cependant aussi de la viande), de très copieuses assiettes de falafels et houmous (je n'ai pas de photos), les enfants ont apprécié les tables en ardoise sur lesquelles dessiner en attendant le repas.

 

Budapest nous a beaucoup plu à tous et c'est une ville non seulement vegan-friendly mais children-friendly puisqu'elle regorge de petits squares et d'aires de jeux absolument extraordinaires, jugez en images:

 

IMG_20170522_094330614

IMG_20170524_120637067_HDR

IMG_20170525_092400852_HDR

 

Gros coup de coeur pour Vuk játszótér, l'aire de jeux à l'effigie du petit renard héros d'un fameux dessin animé hongrois de 1981, Vuk, que nous avons découvert à cette occasion et qui est disponible en anglais sur YouTube. Mes garçons ont adoré ce dessin animé et étaient fous de joie de retrouver les héros grandeur nature à l'aire de jeux et aussi quand nous sommes tombés sur des bonbons Vuk (véganes!) dans un magasin de souvenirs.

 

IMG_20170525_102007344

IMG_20170526_071241441

 

Il y a bien sûr des tas d'autres choses à faire à Budapest en famille (tapez "Budapest with kids/children" dans votre moteur de recherche) et encore beaucoup de restaurants véganes à tester (tapez "vegan restaurant Budapest" dans Google maps pour les localiser tous), c'est pourquoi j'espère pouvoir y retourner un jour.

Une ville que je vous recommande de visiter si vous en avez l'occasion! N'hésitez pas à partager vos bons plans si vous la connaissez.

 

20 juin 2017

Impose-t-on son véganisme à ses enfants? + Présentation de Planète végane

C'est avec une grande joie que j'ai reçu mon exemplaire de Planète végane d'Ophélie Véron. Je me suis bien sûr précipitée sur la partie "Etre végane en famille" qui, comme prévu, regorge de conseils pour vivre au mieux ses choix, dans une société loin d'être végane: Vos enfants seront-ils.elles véganes? Etre adolescent.e dans une famille non végane, menus végétaliens en collectivité, goûters, sorties et fêtes d'anniversaires...

J'ai également dévoré les autres parties (Pouquoi végane? avec un historique passionnant, Devenir végane, Véganisme et santé, Au-delà de l'alimentation et Véganisme et société dont la famille n'est qu'un chapitre). Le style est clair, agréable à lire avec des anecdotes personnelles (les graines de lin coupées au couteau, Ophélie que j'ai ri!), des conseils précis et des réponses très pratiques (les douze objections des omnivores par exemple). J'ai été particulièrement intéressée par "les clés d'une communication végane réussie", sujet que je n'avais encore jamais vu abordé, et pourtant si important. J'ai apprécié le ton bienveillant, positif, encourageant, ne perdant cependant pas de vue l'essentiel, à savoir les animaux, toujours au premier plan, et à long terme la vision d'une société végane. Je vous recommande donc ce livre qui, s'il n'est pas exhaustif sur les sujet des enfants (on vous en prépare un spécifique sur le sujet ;-), est à mettre entre toutes les mains, que ce soient des personnes véganes désireuses d'approfondir certains sujets, des omnivores ou des végés en devenir. 

 

IMG_20170607_164253_219

 

Je partage donc, toujours avec l'accord d'Ophélie, ma seconde contribution à son livre (p.421-422) qui aborde le reproche fréquemment adressé aux parents véganes, à savoir le fait d'"imposer notre véganisme à nos enfants". La réflexion que je publie ici est légèrement plus longue que celle que vous trouverez dans le livre, raccourcie pour des questions de place et modifiée par endroits. N'hésitez pas à donner (en toute bienveillance) votre point de vue sur le sujet en commentaire!

 

Impose-t-on son véganisme à ses enfants?

 

IMG_20170607_164253_216

 

En tant que parents, nous avons la responsabilité d’élever des enfants - qui ne sont pas notre propriété [1] -, de les accompagner pas à pas, en respectant leur sensibilité et leurs goûts qui s’affirment, sans devoir pour autant nous interdire de partager nos valeurs.

Même si l’on s’efforce de pratiquer une éducation bienveillante et de tenir compte des désirs des enfants, de nombreux choix leur sont « imposés » : école ou instruction en famille, tablette et télévision ou zéro écran, nourriture majoritairement bio ou au contraire industrielle, vie en grande ville ou à la campagne, dans son pays ou à l’étranger, pratique d’une religion ou non… Et c’est normal, car le travail de parent consiste à donner un cadre, à vivre ses valeurs, à appliquer ce en quoi il a foi, ce qu’il juge être le mieux pour ses enfants.

Le véganisme est un choix qu’on estime le meilleur pour nous-mêmes et pour nos enfants car il est éthique, écologique et bon pour la santé. En tant que parents véganes, nous refusons de laisser nos enfants devenir complices à leur insu de la souffrance animale et de la destruction de leur planète. C’est un choix qui n’est pas seulement personnel, puisqu’il concerne d’autres êtres sensibles.

Bien sûr, tout parent prend des décisions pour le bien de son enfant mais doit rester à l’écoute de la sensibilité de celui-ci, de sa capacité à bien vivre ce choix, mais aussi de sa propre opinion au fur et à mesure qu’il grandit. Toute la difficulté consiste à déterminer jusqu’où nous pouvons décider pour eux : à partir de quel âge peut-on considérer qu’un enfant est vraiment capable de comprendre les conséquences de la consommation de produits animaux et de faire son propre choix ? On peut supposer qu’un enfant de moins de 10 ans, n’ayant (fort heureusement) pas vu de vidéo d’abattoir ou de maltraitance, ne sera pas vraiment à même de prendre une décision qui tient compte de toutes les conséquences. Si certains parents véganes laissent les enfants manger ce qu’ils veulent à l’extérieur et cuisinent 100% végétal à la maison, d’autres s’assurent que leurs enfants évitent les produits animaux jusqu’à l’adolescence. A chacun de trouver la solution qui lui semble la meilleure et si nécessaire le compromis qu’il juge acceptable. Même si on les laisse libres de manger des produits animaux, certains enfants, notamment véganes de naissance, n’en auront pas envie. Les enfants ont en effet une capacité à assumer la différence bien plus grande qu’on ne le croit, du moment qu’elle fait sens pour eux. La question de l’âge est donc délicate, l’essentiel étant, quand les enfants deviennent autonomes, d’accueillir leur choix avec respect, même s’il est différent du nôtre. Il est d’ailleurs normal que les adolescents passent par une phase de rejet des valeurs des parents, ce qui ne veut pas dire qu’ils n’y reviendront pas. D’autres vont rester véganes à l’âge adulte parce que ce choix fait sens pour eux.

A tout âge, l’essentiel est l’écoute, l’empathie. Pour le parent, il s’agit d’accueillir les émotions, la colère, la frustration, tout en restant ferme et confiant dans ses choix (dont l’enfant comprend bien la valeur malgré tout). Autant que possible, il faut souligner le positif, montrer à l’enfant qu’il sauve des animaux, qu’il protège sa planète, qu’il est un petit héros. Les livres végés (voir la catégorie « Livres » de mon blog) tout comme les rencontres avec d’autres familles véganes sont très utiles pour que l’enfant construise une image de lui-même positive, ne se sente pas seul et donne du sens à sa différence. Cuisiner de bons petits plats, recourir si nécessaire aux substituts véganes de produits animaux appréciés des enfants tels que saucisses, jambon, fromage ou bonbons, veiller à ce que les enfants se régalent et aient de bonnes choses à partager avec leurs amis non véganes est également très important.

Enfin, pour éviter la culpabilité que la société tend à nous faire ressentir lorsqu’on élève un enfant selon des valeurs qui ne sont pas (encore ?) celles de la masse, les parents véganes auront intérêt à garder à l’esprit les bénéfices du véganisme dans l’enfance, au-delà de la question de la santé. Un enfant végane informé, soutenu, dont les émotions sont prises en compte, qu’on aide à traverser ses frustrations tout en lui montrant en quoi ses actes sont importants, aura toutes les chances de développer une grande volonté, une confiance en soi solide, une capacité élevée d’empathie et une grande ouverture d’esprit, autant de qualités essentielles pour une vie heureuse.



[1] Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable.

Khalil Gibran, Le prophète (extrait)

 

12 juin 2017

Gâteau d'anniversaire grenouilles (végane)

Chaque année, mon fils aîné a une idée bien précise du gâteau d'anniversaire qu'il souhaite: après l'avion, le train, le gâteau pirate et les hérissons, pour ses 7 ans il voulait une fête de grenouilles, son animal préféré. Une petite recherche sur Internet (à ce propos je vous recommande le moteur de recherche écologique Ecosia) m'a permis de piocher quelques idées, et même si je savais que je n'arriverais pas à égaler la plupart des merveilles aperçues, je me suis lancée, et le gâteau a ravi mon fils autant que son frère et leurs amis.

 

IMG_8063

 

Pour le gâteau, j'ai utilisé comme d'habitude la recette de gâteau au yaourt, un basique qui plaît à tous les enfants, véganes ou non:

 

Recette du gâteau au yaourt:

- 1 pot de yaourt au soja, que vous laverez par la suite pour le recycler en doseur

- 1/2 pot de lait végétal

- 1 pot d'huile de tournesol

- 3 pots de farine de blé ou d'épeautre (l'un des 3 peut être remplacé par de la Maïzena)

- 1 pot de sucre de canne

- 1 sachet de levure chimique

- j'ajoute 1 càc de bicarbonate et 4 gouttes de jus de citron pour un gâteau plus gonflé et aéré

- 90 gr environ de compote de pomme

- 1/2 cuillère à café d'arôme vanille

- éventuellement une poignée de pépites de chocolat

 

Préparation :

Préchauffer le four à 180°C (th.6).
Mélanger d'abord tous les ingrédients secs (farine, sucre, levure), puis ajouter tout en fouettant les ingrédients humides (yaourt, lait, huile, compote, extrait d'amande). Bien mélanger jusqu'à obtenir une pâte lisse et homogène.Verser la pâte dans un moule à gâteau huilé.
Enfournez pour une durée de 20-25 minutes environ. Surveiller la cuisson. Pour savoir si le gâteau est cuit, planter un couteau, s'il ressort sec alors votre gâteau est cuit.

 

IMG_8088

 

Pour rendre le gâteau plus savoureux, j'ai choisi de le fendre en deux une fois refroidi et de le fourrer à la confiture de framboise (une 100% fruits que je trouve en "Health food shop" à Londres).

 

IMG_8107

 

Le plus délicat a été la décoration en pâtes d'amandes. Pour teinter la pâte d'amandes, à l'exception du jaune pour lequel j'ai utilisé du curcuma, j'ai eu recours à des colorants alimentaires verts et bleus achetés chez waitrose à Londres et à base de spiruline et de curcumin. Les yeux des grenouilles sont en Coco pops car je n'ai pas réussi à trouver des pépites de chocolat végane.

Avec mon mari, nous avons étalé la pâte d'amandes entre deux feuilles de papier sulfurisé, et nous l'avons déposée délicatement sur le gâteau en la tenant chacun d'un côté, puis j'ai modelé les décorations. Seuls les papillons en sucre viennent du rayon pâtisserie. J'ai eu quelques difficultés avec la grosse grenouille qui, une fois modelée, s'est mise à "couler" et à se tasser sur elle-même, alors même que j'ai vite placé le gâteau au frigo! A part ça, je suis assez contente du résultat, et surtout, mon fils a eu une belle fête de grenouilles, avec un quizz et des épreuves à l'extérieur, et des bonbons véganes chenilles et papillons pour nourrir toutes ces petites grenouilles affamées :-)

 

IMG_8083

IMG_8067

 

Posté par sophieso à 11:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

24 mai 2017

Comment expliquer le véganisme aux enfants ?

Voici une réflexion que je projetais d'écrire depuis longtemps parce que l'on peut appréhender, quand on est un parent végane ou qu'on envisage de le devenir, la manière d'expliquer ce mode de vie à ses enfants: quels mots employer? Vont-ils comprendre? Que dire ou ne pas dire? Comment faire face aux frustrations? Que faire pour qu'ils vivent au mieux ce choix? En fait, cela s'avère souvent beaucoup moins compliqué qu'on ne le pense, c'est en tout cas mon expérience avec mes deux garçons. A condition de respecter quelques points importants, vous pouvez tout à fait rendre le véganisme logique, convaincant et même attrayant pour vos enfants

Cet article, que j'ai finalement écrit pour Planète végane, le nouveau livre d'Ophélie Véron (Antigone XXI) qui sort aujourd'hui en librairies et sur les sites de vente en ligne, vous aidera donc à accompagner vos enfants de manière appropriée à leur âge et à leur sensibilité. Je le publie ici avec l'accord d'Ophélie et dans sa version intégrale (un peu plus longue que celle qui apparaît dans Planète végane). Je pense que son livre, que j'ai hâte de découvrir, donnera encore bien d'autres pistes aux parents.

 

veganlove    ecocafé

Délices véganes à Budapest où l'on se touve en ce moment: pas de frustration en vue!

 

Adopter le mode de vie végane résulte généralement du refus de continuer participer à l’exploitation animale. La plupart des véganes le sont devenus à l’âge adulte, suite à une soudaine prise de conscience. Mais il est aussi des personnes qui sont véganes depuis l’enfance, et des parents qui prennent la décision d’élever leurs enfants sans produits animaux, parfois dès la naissance. Comment faire pour que les enfants comprennent et vivent au mieux ce choix ?

 

Avec un bébé

Au début, avec un bébé, les choses sont relativement simples. Aujourd’hui, on ne manque ni de sites, ni d’avis d’experts, ni de livres traitant du sujet du véganisme. Il est donc aisé pour un parent de s’informer sur les laits végétaux infantiles, la diversification alimentaire végétalienne, les produits de soins non testés etc., ce qui n’était pas encore le cas il y a quelques années (raison pour laquelle j’ai créé mon blog). Le bébé, trop petit encore pour s’interroger, mange ce qu’on lui offre. Les premiers mois, les principales difficultés sont donc de répondre aux questions ou objections de l’entourage (d’où l’importance de bien s’informer) ainsi que de trouver, si besoin, une nounou ou une crèche acceptant les repas végétaliens.

 

Les premières questions

Dès 1 ou 2 ans cependant, l’enfant va s’apercevoir qu’il y a des aliments que les autres mangent et pas sa famille. Il suffit alors de lui expliquer simplement : c’est notre choix de ne pas manger d’animaux, nous ne voulons pas « leur faire bobo ». Personnellement, cet argument a suffi pour mes deux fils : cela est tellement logique pour de jeunes enfants non encore conditionnés à trouver normal de manger l’animal qu’on les invite à trouver mignon dans les livres. Inutile de préparer un cours théorique sur le sujet : au fur et à mesure des questions (passage devant une boucherie, assiette des autres), vous répondrez en termes simples. Vous voir assumer votre choix avec confiance et détermination aidera l’enfant à se l’approprier aussi.

 

Les enfants plus grands : comprendre et s’identifier

A partir de 3-4 ans, les enfants auront davantage de questions. Afin de vous aider à leur répondre de manière adaptée à leur âge, vous pouvez avoir recours à des livres, comme ceux de Ruby Roth, ou à Vegatralala, le court dessin animé plein de douceur réalisé par Maman Carotte. Avec ces informations, les enfants vont commencer à être capables de répondre eux-mêmes aux questions sur leur mode de vie. A cet âge, ils ont un fort besoin d’identification : il est alors bon, si cela est possible, de se mettre en contact avec d’autres familles véganes afin que les enfants s’aperçoivent qu’ils ne sont pas seuls et se fassent aussi des amis ayant les mêmes valeurs. Pour se sentir forts, confiants dans leur différence voire fiers d’elle, les enfants véganes ont également besoin de modèles auxquels s’identifier, ce qui peut leur être fourni par des livres ou des dessins animés dans lesquels les petits héros ne mangent pas de viande et sont acceptés ainsi ou encore sauvent des animaux (voir la catégorie « livres » et pour les dessins animés, mes enfants adorent les Octonauts). Ayez confiance en vos enfants : ils ont la capacité de grandir différents et même d’en tirer des bénéfices (volonté, confiance en soi renforcée, ouverture d’esprit). A cet âge, jouer à manger de la viande ou à tuer des animaux est normal et leur permet de comprendre par le jeu ce qui les préoccupe, si cela arrive laissez-les faire sans jugement.

 

92268423_o

Présentation du livre ici

 

Parler de l’exploitation animale sans les choquer

Pour les parents véganes, évoquer ce qui se passe vraiment dans les élevages ou les abattoirs est difficile : non seulement cela nous touche profondément, mais on a peur de faire souffrir nos enfants en leur révélant ces atrocités. Cependant, quand des questions nous sont adressées, nous sentons bien que nous avons une exigence de vérité ; de plus, les enfants sentent très bien que ce sujet est important pour nous et essayer de le dissimuler serait vain. Pour parler de l’exploitation animale, inutile d’aller trop loin dans les détails. Selon la sensibilité de l’enfant et ses questions, dès 5-6 ans, si l’enfant le demande, on peut évoquer le fait que les animaux sont enfermés dans des cages minuscules, sont tués trop jeunes, que les veaux sont séparés de leur mère, que les poissons souffrent aussi… Evidemment, évitez absolument toute vidéo contenant des images choquantes. Les enfants n’en ont pas besoin et cela pourrait les traumatiser durablement. S’il faut des images, les illustrations des livres de Ruby Roth suffisent amplement.

 

Accueillir les émotions

Avant tout, il s’agit d’être attentif aux réactions de vos enfants, aux émotions qu’ils expriment, aux incompréhensions qui ne manqueront pas de surgir (« mais pourquoi les gens mangent-ils les animaux ? ») : l’essentiel est de les accueillir, avec empathie et sans jugement. Vous pouvez reformuler : « Cela te rend triste. En colère. Tu voudrais que ce soit différent ». Avouez que vous ne savez pas non plus pourquoi vos proches ou les autres personnes ne changent pas, mais que la force de l’habitude est grande ou qu’il faut une volonté que tout le monde n’a pas. Bien sûr évitez absolument tout jugement ou sentiment de supériorité. S’il s’agit de colère ou de frustration face aux aliments que vous refusez d’acheter, rappelez-leur la raison sans culpabiliser, et essayez toujours de leur offrir de délicieuses alternatives, qui heureusement sont faciles à trouver ou à faire, que ce soient des saucisses, du fromage, des pâtisseries ou des bonbons gélifiés véganes.

 

parole-corentin

Illustration de maman Carotte, en lien avec mon article du 3 février sur les réflexions de mon fils

 

Donner des possibilités d’agir

Se sentir impuissant face à la souffrance animale est bien une des choses les plus difficiles à supporter. C’est pourquoi il est important de montrer aux enfants qu’ils ont un pouvoir, en commençant par souligner ce qu’ils font déjà : en mangeant végétal ils ne font souffrir aucun animal, ils s’occupent peut-être aussi d’un animal sauvé, donnent à manger aux oiseaux en hiver ou veillent à ne pas écraser de petites bêtes (mon fils de 6 ans par exemple est spécialiste du sauvetage de vers de terre égarés sur les trottoirs). Se sentir utile, capable, actif, est important pour l’image que l’enfant construit de lui-même et pour qu’il vive au mieux son véganisme, en lui donnant sens. Si vous êtes également végane par souci écologique, c’est le moment d’expliquer à votre enfant en quoi son alimentation contribue à protéger sa planète. Autant que possible, essayez de lui donner confiance en ses capacités actuelles et de lui faire comprendre, d’une manière positive, sa responsabilité future. Il pourra changer le monde, et y contribue déjà. Si vous militez, soutenez une association ou tenez un blog (ou n’importe quel autre petit geste), n’hésitez pas à en faire part à vos enfants pour montrer comment vous agissez à votre échelle. Afin que les enfants ne développent pas une image négative d’un monde cruel, il s’agit également de souligner les nombreuses choses positives qui se passent dans le monde, les initiatives de personnes ayant du cœur pour les animaux (associations, refuges, livres, produits véganes…). Il peut aussi être enrichissant d’impliquer les enfants dans des actions telles que parrainer un animal, visiter un refuge, donner de l’argent pour que d’autres puissent agir en notre nom… Enfin, aidez-les à concrétiser leurs idées ou leurs souhaits d’actions, qu’il s’agisse d’un exposé en classe, d’une pétition, d’une BD, d’un panneau d’information ou de toute autre initiative. Et bien sûr, pensez à ne pas donner une place envahissante au véganisme dans la vie de vos enfants : répondre quand ils vous sollicitent sur le sujet suffit.

En étant ainsi informés, écoutés et soutenus, les enfants véganes ont toutes les chances de grandir épanouis et confiants.

 

Posté par sophieso à 18:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


12 mai 2017

Des pâtes... pour changer des pâtes!

Je ne suis pas très présente en ce moment sur le blog et sur la page Facebook et je le regrette. Avec l'instruction en famille (donc les enfants à plein temps du lundi au vendredi), les petits cours que je donne (yoga et français pour enfants), un livre en cours d'écriture avec d'autres blogueuses et un déménagement à organiser, je n'ai plus beaucoup de temps pour m'occuper d'Enfant végé. Mais je ne vous oublie pas, et je reviens aujourd'hui pour vous donner une petite astuce qui intéressera tous les parents et en particulier celles et ceux dont les enfants n'aiment que les pâtes. C'est une phase par laquelle passent certains enfants et qui peut être très déroutante pour les parents qui veillent particulièrement à l'équilibre nutritionnel. Et si pour changer, vous proposiez à vos petits mangeurs de pâtes... des pâtes? Avec un tel conseil, vous direz-vous, nous voilà bien avancés. C'est qu'il faut parfois ruser, et toute l'astuce consiste à choisir des pâtes qui soient nutritionnellement plus intéressantes ou à base d'une autre céréale que le blé afin de varier (même si je n'ai rien contre le gluten si on le supporte bien). Ces idées valent bien sûr aussi pour les parents d'enfants n'étant pas difficiles sur le plan alimentaire: quand on n'a pas forcément le temps de se lancer dans de grandes recettes parce que les enfants ont faim tout de suite, ou qu'on doit manger rapidement, on est parfois contents de pouvoir faire encore des pâtes, mais qui nous feront en réalité manger du maïs ou des lentilles!

 

pates1

 

Pour changer des pâtes à la farine de blé blanche, vous pouvez donc essayer:

- Les pâtes au blé complet (à droite sur la photo): une céréale est complète quand son grain est entier, comprenant le germe et l'enveloppe extérieure de la graine. A choisir bio de préférence car les pesticides utilisés en agriculture conventionnelle sont concentrés dans l'enveloppe de la graine que vous consommez quand la céréale est complète. Les céréales complètes sont nutritionnellement plus intéressantes que les céréales raffinées car elles sont plus riches en protéines, en fibres, en acides gras essentiels, en minéraux (magnésium, potassium, calcium...) et en vitamines (E, B...). Le seul problème, c'est que les pâtes au blé complet sont généralement plus foncées que les pâtes à la farine blanche, et leur goût est moins doux. Astuces: les mélanger pour moitié à la même sorte de pâtes à la farine blanche, les "noyer" dans une bonne sauce riche en légumes... Chez nous, ça passe mélangé: je cuis ensemble les deux sortes de spirelli ou de spaghettis (en faisant attention aux temps de cuisson parfois légèrement différents) et nous avons ainsi des pâtes bicolores.

- Les pâtes à base d'autres céréales (à gauche sur la photo): qu'elles soient complètes ou non, les pâtes à base d'épeautre, de blé kamut, ou alors dans les gammes sans gluten à base de maïs ou de riz ont pour avantage de faire manger autre chose que du blé à vos enfants, et de varier les goûts, les formes et les couleurs. Les pâtes de maïs et en particulier les spaghettis sont, selon moi, les pâtes sans gluten qui se rapprochent le plus des pâtes au blé: mes enfants ne sentent pas la différence.

- Les pâtes à la farine de légumineuses (lentilles corail, lentilles vertes, pois chiches, quinoa... au milieu sur la photo): il peut paraître un peu étrange de consommer des lentilles ou du maïs sous forme de pâtes - pourquoi ne pas les manger les moins transformés possible? - mais n'oublions pas que les pâtes standard ne poussent pas non plus telles quelles dans les champs (au grand désespoir de mon fils de 4 ans :-D). Qu'elles soient faites d'une farine ou d'une autre, les pâtes restent un produit transformé, mais non dénué d'intérêt nutritionnel. De plus, la forme de pâtes peut permettre à certains enfants n'aimant pas les légumineuses sous leur forme naturelle d'en consommer tout de même. Etant donné la richesse des légumineuses en fer et protéines, cela rassurera bien des parents d'enfants végés. Là encore, si le goût dérange, vous pouvez les mélanger à des pâtes au blé: c'est ce qu'on fait pour les rotelle aux lentilles et quinoa. Toutes les sortes ne vous plairont pas forcément: chez nous, personne n'a aimé les pâtes presque noires (à la farine de lentilles vertes je crois), mais on apprécie celles aux lentilles corail. Seul bémol, le prix de ces produits, qu'on trouve surtout en magasin bio, mais leur consommation reste occasionnelle.

- Les gnocchi à base de pomme de terre, faciles à trouver en supermarché, qu'on peut aussi réaliser à base de patate douce et de pois chiches comme dans cette recette.

 

Vous pouvez de même ruser avec les farines et remplacer systématiquement un tiers de la farine de blé de vos recettes sucrées ou salées par des farines de légumineuses telles que celles de pois chiches ou de soja, voire faire de délicieux gâteaux bourrés de lentilles ou de pois chiches qui passent inaperçus... La régalade avec bonne conscience absolue!

Est-ce que des astuces pour faire manger plus de légumes aux enfants vous intéresseraient? N'hésitez pas à me le dire en commentaire.

 

Posté par sophieso à 12:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2017

Les bénéfices des lectures véganes pour les enfants

Vous en avez sans doute entendu parler, Véganes Magazine, anciennement Versus, a débarqué en France avec un numéro de printemps-été de 172 pages d'articles plus passionnants les uns que les autres. Dans cette "revue contreculturelle" très engagée, vous trouvez des articles aussi bien philosophiques, politiques, historiques, que des présentations de films, livres, et des recettes de cuisine. Sans oublier le dossier "génération végane" consacré à "la manière dont le véganisme se conjugue avec les problématiques familiales".

 

véganes

 

C'est avec grand plaisir que j'ai contribué à ce numéro en rédigeant un article sur les lectures véganes pour enfants. Vous y retrouverez donc la présentation de 10 livres (certains sont déjà sur le blog dans la catégorie '"Livres"), ainsi qu'une liste des avantages des lectures véganes pour les enfants, que je partage ci-dessous, avec les titres des livres conseillés.

 

véganes1

 

Pourquoi lire des livres abordant le sujet du végétarisme/véganisme est-il important pour des enfants véganes ? En quoi cela peut-il les aider à mieux vivre ce choix ? Selon les types de livres et la manière dont le sujet est abordé, on peut distinguer cinq apports positifs des lectures véganes :

 

Comprendre les animaux et développer son empathie

Si l’on est végane pour les animaux, et que l’on souhaite transmettre nos valeurs à nos enfants, il est essentiel que ceux-ci puissent connaître et comprendre les animaux. Ce qui pour la majorité des parents reste le moyen privilégié de faire découvrir les animaux aux enfants, à savoir le zoo, n’est pas une option pour nous. C’est pourquoi les livres, en plus des sorties dans la nature et des précieux documentaires vidéo, sont un bon moyen d’apprendre à connaître et surtout à comprendre les différents animaux, condition nécessaire au développement d’une empathie réelle et à la volonté de ne pas leur nuire. Evidemment, les livres qui présentent les animaux hors de tout jugement moral, qui les montrent comme des animaux intelligents et sensibles, et qui invitent le petit lecteur à adopter le point de vue de l’animal ou à réfléchir à sa ressemblance avec lui-même, sont ceux qui permettront le plus de développer cette empathie, que ce soit au travers d’une fiction ou non.

Lectures : Ohé, petite fourmi !, Ne nous mangez pas !, Pitaya magazine, Les animaux de Lou (avec double page d’infos à la fin), Petit Paul et l’oisillon, La promesse de Mirto.

 

S’identifier et se sentir moins seul

Elever ses enfants véganes, c’est leur donner une magnifique opportunité de grandir dans le respect de la vie et de la planète. C’est leur offrir la chance de pouvoir faire évoluer vers plus de paix le monde dans lequel ils vivent. Pour autant, ce mode de vie n’est pas toujours évident pour les enfants, qui peuvent encore souffrir des préjugés des autres et de leur différence. Si l’on n’a pas la chance de connaître d’autres familles véganes, de participer à des rencontres et d’être soutenu dans ses choix, alors les livres véganes peuvent s’avérer un précieux soutien pour les enfants. Les histoires dans lesquelles le petit héros est végétarien et doit affronter avec courage et détermination les préjugés ou les moqueries des autres - autres qui finissent par reconnaitre leur erreur et par accepter le petit héros dans sa différence - nous paraissent peut-être simplistes à nous adultes mais permettent à l’enfant, qui n’ose pas forcément aborder ces sujets, de s’identifier et de se sentir moins seul. Voir d’autres personnages aux prises avec des problèmes quotidiens ressemblant aux siens peut lui donner le courage et le recul nécessaire pour mieux vivre sa différence.

Lectures : J'aime pas les côtelettes, T-Végi, le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, La promesse de Mirto, Pitaya magazine.

 

Renforcer son estime de soi et se sentir utile

Grandir végane, ce n’est pas seulement essayer de faire accepter sa différence comme on le ferait d’un défaut. Un enfant, pour pouvoir continuer à surmonter les inévitables moments difficiles liés au véganisme et tirer de la fierté de ce choix, a aussi besoin de se sentir valorisé, de voir que son mode de vie est utile, valable, bref de se sentir comme un « petit héros » pour les animaux. Voir sa différence valorisée dans une histoire et s’identifier à un enfant qui vient en aide aux animaux lui permet de renforcer sa confiance en lui et sa motivation à respecter les autres êtres vivants.

Lectures : Pitaya magazine, Ne nous mangez pas !, T-Végi, le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, Goûters sains pour petits héros, J’aime pas les côtelettes, Les animaux de Lou, Un loup dans le potager, La promesse de Mirto.

 

Agir et s’amuser

Parce que nos petits véganes ont aussi besoin de s’amuser, d’agir et de bricoler (et de préférence pas avec des boîtes à œufs !), des livres et magazines en accord avec leurs valeurs sont le meilleur moyen pour eux de renforcer leur créativité : recettes, bricolages, idées pour aider les animaux en hiver ou actions à mener auprès de leurs proches ou dans leur école, tout cela peut être trouvé dans les lectures véganes que je vous présente.

Lectures : Pitaya magazine, Goûters sains pour petits héros, Ne nous mangez pas ! (suggestions d’actions en fin d’ouvrage).

 

Diffuser ses valeurs et faire réfléchir ses proches

Les livres mettant en valeur le véganisme et d’autres choix alternatifs qui lui sont liés ne sont pas réservés aux personnes déjà convaincues. Rien de plus facile, pour faire comprendre nos valeurs à un proche non végane, que de lui prêter un livre. Cela évite la crispation qui naît souvent du débat. Un livre pour enfants, surtout sous forme de fiction, est un bon moyen de faire réfléchir, d’ouvrir les esprits et, pourquoi pas, de discuter de ce sujet, que ce soit en famille, avec un(e) ami(e) ou à l’école. Lorsque j’avais annoncé à la crèche de mes enfants, en Allemagne, que nosu étions véganes, l’éducatrice m’avait ainsi demandé si je pouvais présenter le sujet à tout le groupe au moyen d’un livre (je n’ai pas pu le faire parce que mon fils a changé d’éducatrice mais j’avais pensé à Ne nous mangez pas ! qui est traduit en allemand aussi).

Lectures : Pitaya magazine, Ne nous mangez pas !, Ohé, petite fourmi !, Un loup dans le potager, J’aime pas les côtelettes, T-Végi, le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, La promesse de Mirto.

 

Posté par sophieso à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 mars 2017

Activités et apprentissages libres #5

 

C'est le moment du bilan de fin de trimestre d'instruction en famille, qui me permet de mesurer les progrès accomplis, et de faire le point sur les centres d'intérêt de mes enfants afin de leur offrir un environnement stimulant et adapté à leurs intérêts.

Mais d'abord, pour que vous sachiez où allez manger lors de votre prochain séjour à Londres, les restaurants (et la boutique) véganes que nous avons testés ce trimestre:

 

Tibits: un restaurant végétarien où l'on paye son assiette au poids. Le coin enfants au sous-sol est sympa. J'ai été déçue par le peu de desserts véganes. Une bonne moitié des plats sont végétariens.

Veggie pret: Si vous cherchez un endroit pour manger rapidement, Veggie pret, l'enseigne végétarienne de Pret à manger est ce qu'il vous faut avec ses délicieux sandwiches, wraps, salades, et une bonne gamme de desserts. Les produits véganes sont clairement indiqués. Il se situe juste en face du fameux Mildred's. Au vu du succès, un deuxième Veggie pret va ouvrir à Shoreditch.

IMG_20170203_125253401

IMG_20170203_125307034

 

Itadaki zen: Mon 6 ans et moi avons adoré ce petit restaurant japonais 100% végane pas loin de St Pancras (où arrive l'Eurostar ;-) Le bento était trèèèèèès copieux, comme vous pouvez le voir sur la photo. Appréciable: les desserts tous sans sucre ajouté.

IMG_20170310_130350726

 

222 Veggie vegan + la boutique végane Green bay: une boutique plus petite que les Veganz auxquels nous étions habitués à Berlin, mais où on trouve déjà l'essentiel. Nous avons été enchantés par le restaurant 222 Veggie-Vegan situé juste à côté, avec son buffet à volonté 100% végane et ses crêpes à la glace vanille à tomber.

A Brighton, petite ville côtière charmante où nous avons passé un weekend, nous avons été surpris du nombre d'offres véganes un peu partout : nous avons pris un "tea" (énorme menu végane salé puis sucré) à Terre à terre, cher mais vraiment classe.

IMG_20170204_162616595

 

IMG_20170204_164658401

 

Toujours à Brighton, nous avons mangé les meilleurs burgers et frites de patate douce de notre vie chez VBites, un restaurant 100% végane avec un coin épicerie-boulangerie (les gâteaux et croissants sont juste parfaits). Si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à visiter cette ville à une heure de train de Londres, autant pour sa promenade en bord de mer que pour ses restaurants.

IMG_20170205_140120707

IMG_20170205_134942754

IMG_20170205_194447_913

Brighton

 

J'espère vous avoir donné envie de venir faire un petit séjour gustatif par ici! :-) Revenons à l'instruction en famille. Comme d'habitude je parlerai surtout de mon fils de 6 ans car le petit frère de 4 ans n'a pas encore l'âge d'aller à l'école donc je ne garde pas encore autant de traces de ses apprentissages. 

Les cours au SHSA (notre centre pour enfants instruits en famille) ont repris mi janvier, mes garçons ont a commencé le cours d’anglais (jeux, coloriages) et mon 6 ans continue la science, les maths et le piano. En plus de ses quelques cours, on continue à utiliser ponctuellement (une fois toutes les deux semaines peut-être) le Cahier du jour, cahier du soir, Tout en un CP de Magnard, pour y piocher une leçon et les exercices qui vont avec ses intérêts du moment, mais le reste du temps est composé uniquement d'activités libres.

J’essaie d’appliquer le Growth mindset (souligner l'effort et le processus d'apprentissage, non le résultat), d’autant plus important qu’il a peu de confiance en lui et a tendance à se décourager devant la moindre difficulté.

 

IMG_20170313_120154200

Un pique-nique tranquille en semaine

 

Emploi du temps de ce trimestre :

Lundi : Escalade depuis le mois de mars

Mardi : Petit frère à la crèche ; Science, piano, tutrice d’anglais

Mercredi : Pique-nique au parc avec notre petit groupe

Jeudi : Maths, piano, babysitter ou copain ou parc

Vendredi : Petit frère à la crèche ; pas d’activité fixe

Samedi : Ecole allemande et yoga pour enfants

Dimanche : Football

 

BILAN DU TRIMESTRE : Mon fils de 6 ans maîtrise presque parfaitement l’anglais, comprend tout et peut exprimer ce qu’il veut. Il commence à lire de vrais romans pour enfants en anglais (plus de 100 pages). Il continue à aller à l’école allemande du samedi. Ce trimestre il s’intéresse beaucoup aux chiffres, à l'orthographe et découvre les natures des mots (article, verbe, nom...).

Il adore ses leçons de piano avec sa nouvelle prof et s’entraine désormais presque quotidiennement à la maison, ce qui fait qu’il a bien progressé. Il adore aussi ses entraînements de foot du dimanche et participe depuis début décembre aux matchs après l’entrainement, ce qui lui faisait peur au début. Il a commencé l'escalade en salle. Il dessine toujours volontiers ses plans, inventions et idées de constructions.

Pendant ces 3 derniers mois, ses passions constantes sont toujours les minéraux, les plantes, l’espace, les Octonauts. Et les nouveautés : les robots, les grottes, la jungle, la monnaie.

Les projets (passions approfondies qui ont donné lieu à plusieurs activités autour du même thème, telles que visionnage de documentaires, lecture de livres, observation sur le terrain, bricolages, coloriages…) : l’Amazonie, les grottes, les stalactites et stalagmites, les robots.

 

 

Liste de nos activités et apprentissages de janvier à mars, par matières:

Sciences (maths, physique, astronomie, chimie, biologie, écologie...):

- Maths et logique: Il aime manipuler les chiffres, a résolu quelques « problèmes » dans son cahier de CP, et a découvert les soustractions posées. Le calcul mental lui était difficile mais il y arrive un peu mieux. Je lui ai trouvé une application de maths (soustractions et additions) qu’il aime beaucoup. En cours de maths (1h par semaine, âges mélangés), il a des additions, des problèmes de logique, a appris à reconnaitre les multiples de 5… Comme il maitrise bien le repérage sur un tableau on a pu jouer à la bataille navale. Il est un peu obsédé par l’argent et du coup sait bien compter sa monnaie, s’interroge sur la fabrication des billets et le change des différentes monnaies, il a créé un billet de 1000£. Pour Noël il a eu deux jeux de logique, Gravity maze et les grenouilles (les jeux de la série Smart games et Think fun). Il aime aussi beaucoup construire des formes géométriques avec les Magnetic polydrons, un jeu que je recommande absolument.

IMG_20170110_101118153

Gravity maze

IMG_20170308_084436871

Magnetic polydrons

 

- Science : Toujours le thème de prédilection. Il veut sans cesse comprendre comment fonctionnent les choses, est-ce qu’une bougie brûlerait dans l’espace, pourquoi un gaz est invisible, est-ce que l’air qu’on inspire est différent en composition de celui qu’on expire… J’apprends donc sans cesse avec lui (merci Internet!). Il sort régulièrement son microscope pour observer ses minéraux et dépense toujours son argent en minéraux. Il rêve de trouver des minéraux, de l’or, des météorites. On a regardé "C’est pas sorcier" sur les météorites. Ce trimestre il a commencé à s’intéresser aux stalactites et aux stalagmites et au calcaire, et aime dessiner des grottes. Le cahier de CP nous a permis de reparler des différents états de la matière. Museum d’histoire naturelle : volcans, tremblements de terre, minéraux. Au cours de science du mardi, ils ont abordé la couche d’ozone, la forêt tropicale, ont essayé de priver une plante d’air, à la maison on a fait l’expérience de la bougie qui s’éteint dans un verre fermé. Il s’interroge sur l’univers, son origine, sa taille, les autres planètes, et dessine souvent Mars où l’on pourrait vivre sous un globe contenant de l’air. Nous sommes retournés au planétarium. J’ai organisé une visite des studios du magazine Octonauts (et d’autres publications jeunesse) et mes garçons ont réalisé une expérience pour la Science week qui est en ligne sur le site 5 minutes fun.

 

IMG_20170112_160557_617

Natural history museum

 

IMG_20170224_122009059_HDR

Tournage d'une Vidéo pour la Science week

 

- Biologie: Au Museum d’histoire naturelle, nous nous sommes attardés sur les insectes (les différents arthropodes). En France, balade au parc polaire où on a pu voir des rennes, des bisons, des cerfs… et à Londres, découverte de la réserve naturelle de Rainham Marshes. En mars on a commencé à planter notre potager de terrasse. Eclosion d'oeufs de canards à la crèche de son frère (ce qui a soulevé de leur part la question: mais où est leur maman?).

IMG_20170211_143637916

 

 

- Corps humain et santé: Il commence à s'intéresser vraiment au fonctionnement du corps, d'abord aux articulations (on a dû chercher sur Youtube une vidéo de l’articulation de la mâchoire), aux dents puisqu’il en a perdu une 3eme, au cerveau qui commande au corps, au fait qu’il faut deux yeux pour voir en 3D, aux bactéries et microbes (les bonnes bactéries dans le corps), et plus généralement le système digestif, le sang... En plus d'un bon livre qu'on a trouvé dans une brocante, on a pris le temps de parcourir la section corps humain au Museum d’histoire naturelle (comment on fait les bébés notamment).

 

Histoire, géographie et techniques:

- Mesure du temps: il aime demander combien de temps on est restés à tel endroit et évalue assez bien. Il sait qu’une heure = 60 minutes et une minute = 60 secondes ; il sait qu’un mois = 30 jours et voulait savoir combien ça faisait de semaines.

- Mesure des longueurs: en se mesurant et en jouant, il a découvert la correspondance millimètres/centimètres/mètres.

- Repérage dans l’espace: il lit parfaitement un plan simple (de maison ou de quartier, ou de ville), est capable de situer les objets sans hésiter, et aussi de lire les coordonnées dans un index et de situer la rue ou l’objet.

- Histoire: Il pose régulièrement des questions sur l’ancienneté de tel bâtiment ou objet ; il a une bonne notion de chronologie de base (dinosaures, Romains, chevaliers…). En France, nous avons vu des ruines de châteaux lors de nos balades et appris comment les spécialistes arrivent à reconstituer les pièces et à savoir leur usage. Au Cutty Sark, le bateau musée de Greenwich, nous avons encore appris des choses sur la navigation, la vie des marins, le commerce à l’époque… Visite de Chislehurst caves, des galeries souterraines creusées par les hommes et qui ont eu diverses utilisations au cours des siècles, notamment abris pendant la 2e guerre mondiale.

 

IMG_20170215_142932836

 

- Géographie: Il s’intéresse à l’Amazonie notamment grâce à l’épisode du livre La cabane magique, connait des animaux qui y vivent, la longueur du fleuve Amazone qu’on a repéré sur une carte. Du coup on a regardé "C’est pas sorcier" sur l’Amazonie. Il souhaiterait aussi voir la source de la Tamise (qu’on a cherchée sur Google maps).

- Techniques: Il s’est pris de passion pour les robots en décembre avec le film et le livre Wall-E, puis d'autres histoires de robots. On a regardé "C’est pas sorcier" sur les robots et il s’amuse à en dessiner et à en construire en Lego. Au Science museum, pour approfondir son intérêt pour les robots, film en 3D et exposition sur l’évolution des robots du XVIe siècle (automates) à aujourd’hui. On a fabriqué un petit robot (kit acheté au musée). Observation des robots de livraison Starship en vadrouille dans notre quartier (ils sont en test) et appris plein de choses en discutant avec une personne qui les accompagne.

 

IMG_20170317_125415669

Science museum

 

Starship-Delivery-Robot

Robot Starship (source de l'image)

 

Au Science museum toujours, on a appris comment fonctionnaient les machines à vapeur, vu de près les satellites et engins spatiaux. Lors de la visite des studios Immediate media fabriquant notamment leur magazine préféré Octonauts, ils ont pu découvrir comment le magazine était créé, rencontrer les gens qui le font, découvrir un métier, fabriquer leur propre page et couverture sur l’ordinateur, composer leur magazine à partir de pages imprimées.

IMG_20170224_110622439_HDR

IMG_20170224_120956096

 

- Internet et nouvelles technologies : il maitrise la tablette(Youtube, les apps et sait chercher sur Google).

 

Français et langues étrangères :

- Français: Mon fils lit toujours énormément, il faut parfois le limiter ou le forcer à arrêter quand on doit sortir ! Il lit très vite mais comprend tout et lit avec passion. Il a découvert La cabane magique, a eu les nouveaux P’tites poules, adore toujours Tom-Tom et Nana, mes anciens J’aime lire et les histoires drôles en général... Grand succès d’un petit carnet de blagues offert dans J’aime lire. Il a découvert les rébus et s’amuse à en inventer. On a pris un abonnement à la bibliothèque française pour varier les lectures en français. Comme il s’amuse avec des homonymes (il adore les jeux de mots), je lui ai donné de petites cartes à regrouper par deux et proposé un jeu en ligne sur les homonymes (son/sont, ou/où, vert/vers/ver/verre…) et j’ai été étonnée de la facilité avec laquelle il a réussi les exercices.

- Anglais:  Il parle très bien et comprend désormais tout, et commence à interagir davantage avec les enfants qu’il voit chaque semaine dans les groupes ou aux cours. On ne va plus au Story times mais il a un cours d’anglais au SHSA et toujours l’heure avec sa tutrice. Elle le fait lire à haute voix et lui a fait travailler les noms, les verbes, le passé, les homophones, les contractions, ce qui ne lui pose pas de difficulté. Il cherche des mots dans le dictionnaire pour enfants. Il lit des romans en anglais de plus de 100 pages.

- Allemand: à l’école allemande du samedi, il n’écrit pas volontiers mais est l’un des meilleurs quand il s’agit d’identifier les noms, les verbes ou les articles (bien qu’on ne l’ait jamais fait à la maison). Il me semble qu’il arrive encore à parler allemand mais ce n’est plus fluide comme avant. Il lit encore occasionnellement des livres en allemand.

IMG_20170120_093657910

 

- Ecriture: L’écriture à la main lui demande toujours un gros effort et il n’écrit que très peu. Pour l’orthographe, l’application 4 images un mot sur la tablette m’a confirmé qu’il avait tout retenu des quelques « leçons » du cahier de CP ou même de son livre de lecture de 2015 (lettres muettes, om avant m b ou p, ill…). Il est peu sûr de lui et me demande toujours avant d’écrire un mot même s’il a déjà un très bon sens de l’orthographe. Il adore la graphie œ qu'il repère dans des mots en lisant. Il fait de petites BD sur une page avec peu de texte. Je l’ai aidé à faire un petit livre, la suite de Oi frog et Oi dog, de petits livres qui riment en anglais : j’ai écrit les phrases qu’il me dictait et il a fait les dessins.

IMG_20170314_101406251

Son livre, suite de Oi dog

 

4images1mot

4 images un mot, excellent pour l'orthographe

 

Arts et musique:

- Art: A la National Gallery nous avons emporté le livre Katie’s picture show pour rechercher les peintures de l'histoire. Terminé son premier canevas. Il dessine ses inventions en tout genre (grottes, machines, plans de maison...).

- Musique: Avec sa nouvelle prof de piano plus motivée et stricte, il a progressé rapidement, joue de petits airs comme « Old Mc Donald had a farm », « Twinkle twinkle little star » et « I’m a little teapot ». Il s’entraine parfois de lui-même, sinon je l’y incite presque tous les jours. Ce trimestre on a assisté à un concert de guitare.

 

Activité physique:

- Balades à pied dans les parcs et forêts, vélo, yoga pour enfants à l’école allemande le samedi avec moi, football avec les 4-6 ans, aires de jeux, piscine, trottinette, grimper dans les arbres ou sur des rochers, escalade en salle, patin à glace (une fois)

IMG_20170327_105457012

IMG_20170306_145413838

 

La majeure partie de nos journées est donc constituée de jeu libre, à la maison ou à l'extérieur. Leurs jeux, activités et jouets préférés du moment sont:

- 3 ans: sable, Duplo, Octonauts, écrire des lettres, jeux de société (Dinosaur race, Cochon qui rit, Serpent et échelles, Playa playa), puzzles, Magnetic polydrons

- 6 ans: lire, dessiner, rêver, jouer aux Lego (qu’il avait un temps délaissés) et aux Octonauts, rébus, foot, jeux de société (Dobble, jeux Think fun), Magnetic polydrons, fabriquer des jeux (chasse au trésor, rébus…)

 

26 février 2017

Lunch boxes d'hiver (véganes)

Dans cette nouvelle catégorie "Lunch et snack boxes" j'inaugure, à la demande d'une amie lectrice, un article regroupant des idées de pique-niques. Ont rejoint cette catégorie les articles sur les boîtes à goûter que j'avais déjà publiés les années passées. La vie à Londres offrant pendant la semaine énormément d'activités, de groupes et de visites pour enfants instruits en famille, nous avons au moins deux, souvent trois pique-niques par semaine. Je veille donc à varier le contenu des lunch boxes que nous emportons, selon le contenu du frigo et les souhaits de mes enfants.

Voici les photos de plusieurs de nos lunch boxes de janvier-février. Parfois apparaît sur la photo le goûter qui peut aussi servir de dessert ou de snack (mes enfants mangent souvent des snacks dans la journée, habitude prise en Allemagne). Les quantités varient selon les photos: pique-nique pour une, deux voire trois personnes. N'y voyez que des idées pour renouveler vos pique-niques en adaptant la quantité à vos appétits: je suis la première à trouver difficile de varier les lunch boxes et serais ravie d'avoir des idées de plats faciles à préparer, n'hésitez pas à commenter sous l'article ou sur la page facebook! Enfin pardonnez la médiocre qualité des photos, prises rapidement avec mon smartphone dans le froid ou dans des lieux mal éclairés.

 

IMG_20170124_100712584

Banana bread sans gluten, pommes, chips de banane plantain, carottes, falafels (du commerce), lentilles et polenta (qu'on a pu faire réchauffer comme on mangeait en intérieur). 

 

IMG_20170113_112004476

Tarte aux lentilles corail (délicieuse froide), energy balls, salade de pommes de terre (recette à venir), bananes, melon, flapjack (barre aux flocons d'avoine, margarine et fruits secs).

 

IMG_20170111_122039136 (2)

 Poivrons, noix, gâteau au yaourt, houmous à la betterave, pomme, energy balls, melon, fromage végane, crackers.

 

IMG_20170117_113921559

 Sandwiches de houmous et fromage végane, falafels (du commerce), taboulé (du commerce), compote à boire, clémentine, poire, banane.

 

IMG_20170119_120503323

Sandwiches de houmous, carottes, tomates cerises, houmous (du commerce), taboulé (du commerce), galettes de riz, brezels, clémentine, energy balls.

 

IMG_20170126_120853418

Salade de pâtes avec avocat, poivron, tomates et tofu, bâtonnets de carottes, cacahuètes salées, salade de poireau (pour moi, je vous rassure mes enfants n'y touchent pas :-D), sandwiches de purée d'amande, salade de pâtes sans gluten (pour moi).

 

IMG_20170127_114800739

Clémentines, houmous (du commerce), pain allemand (gentiment envoyé par une amie de Berlin avec d'autres surprises véganes), carottes, sushis faits maison à l'avocat, à la carotte et au poivron.

 

 Et vous, qu'emportez-vous en pique-nique?

13 février 2017

Porridge crémeux à la cacahuète et sa sauce tiède au chocolat

Chez nous, le petit-déjeuner est pour ainsi dire à la carte. Le weekend je fais parfois des verrines ou des pancakes. Mais sinon chacun a son habitude : mon fils de presque 4 ans est accro à son yaourt (dans lequel j’ajoute flocons de céréales et raisins secs, parfois un fruit en morceaux) ; mon mari se contente de lait et de tartines ; mais mon fils de 6 ans et moi-même sommes de grands fans de smoothies et de porridges (voir nos autres recettes ici) : réunir les deux comme dans cette recette donne donc un petit-déjeuner ultra gourmand, surtout quand on est généreux avec les noix et le chocolat ! Un petit-déjeuner qui satisfait les papilles mais aussi apporte de bons nutriments pour démarrer la journée, et rester calé jusqu’à midi. L’association de l’avoine, des noix, de la banane et des fruits secs apporte notamment en quantité protéines et fer. L’avoine est riche en manganèse, phosphore, magnésium, fer et sélénium, la banane en vitamine B6, les noix en protéines, fibres, acides gras polyinsaturés, manganèse et antioxydants. Quant au délicieux cacao, il apporte des antioxydants mais aussi du fer, du zinc (particulièrement important pout les petits végés), du manganèse, du phosphore et du cuivre. Tout ça en se régalant ! Et vous pouvez rendre votre bol encore plus healthy en ajoutant les ingrédients facultatifs que je propose.

Je me fais des porridges depuis longtemps, aux fruits, à l’amande, au cacao… mais l’idée de la sauce au chocolat m’a été inspirée par le Smoothie de la décadence d’Antigone XXI qui est pour moi le top de la gourmandise.

En tout cas, mon porridge crémeux est une régalade absolue qui plait beaucoup à mon fils, pourtant difficile avec les repas en ce moment, et que je prends parfois même au goûter. Il est parfait pour les enfants après un après-midi à se dépenser dehors dans le froid, ou pour les parents 2h avant d’aller au sport. En ce moment, c’est le porridge qui nous plait, à l’arrivée des beaux jours nous reviendrons sûrement au smoothie aux myrtilles ou aux framboises !

 

IMG_20170121_085543_337

 

 

Pour le porridge :

- Dans le bol :

50 g de flocons d’avoine

10 g de raisins secs

10 g de noix

1 càc de sirop d’agave

Facultatif (ne change pas le goût mais apporte plus de nutriments) :

1 càs de graines de lin

1 càc de poudre de maca

 

- Dans le blender :

1 banane

1 càs de purée de cacahuète

1 pincée de sel

1 càc bombée de cacao non sucré

140 ml de lait végétal

Facultatif :

1 pincée de poudre verte (j’utilise Clean Greens de Pukka, ou ortie, ou épinards…)

 

Mixer les ingrédients du smoothie. Si vous souhaitez un porridge tiède, faire chauffer légèrement le smoothie dans une casserole. Verser une bonne moitié du smoothie sur les flocons d’avoine dans le bol. Ajouter un peu de lait dans le bol si nécessaire pour bien imprégner les flocons.

 

Pour la sauce :

La moitié restante du smoothie

2 càc de cacao non sucré

1 càs d’huile de coco

2 dattes ou 1 càc de sirop d’agave

10 g de noix de cajou

 

Verser le reste du smoothie dans une casserole et ajouter l’huile de coco. Chauffer jusqu’à ce que l’huile soit bien fondue. Mettre le reste des ingrédients dans le blender et ajouter le smoothie chaud. Mixer le tout, et verser la sauce au chocolat sur le porridge. La sauce va recouvrir tout le porridge (sur la photo je n’en ai versé qu’une partie pour vous montrer le porridge dessous). Ajouter des noix ou autres par-dessus si vous le souhaitez. Déguster aussitôt (la sauce tiède est délicieuse) ou attendre quelques minutes que la sauce épaississe comme une crème en se refroidissant, les deux sont délicieux.

 

Variantes :

- Remplacer la purée de cacahuètes par de la purée de noisettes, d’amandes…

- Remplacer les noix par des noisettes, des cacahuètes, une noix du Brésil hachée (pour le sélénium), des graines de courge (pour le zinc)…

- Ajouter des fruits : une poire mixée dans le smoothie ou en morceaux sur le porridge, des mûres blanches ou autres fruits séchés.

- Toppings plaisant aux enfants : Coco pops, granola, rondelles de bananes… Laissez parler votre imagination !

 

Astuce nutrition : Chocolaté à souhait, c’est le petit-déj' idéal pour y ajouter discrètement le contenu d’une gélule d’omega 3 végane (pour les enfants qui ne peuvent pas encore les avaler), ou même de mixer quelques feuilles vertes (épinards, kale…) dans le smoothie.